↑

Accueil > Le Laboratoire > Annuaire des membres > Membres statutaires > RÉGENT Frédéric

Frédéric Régent

Maître de conférences HDR

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Présentation
Déplier/Replier
Publications
Déplier/Replier
Portrait du membre

École d’histoire de la Sorbonne – UFR09 (IHMC)
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris Cedex 05

Page personnelle sur le site de Paris 1

Titres et fonctions

Maître de conférences habilité à diriger des recherches

Docteur en histoire

Thèmes de recherche

Mes recherches dans le cadre de l’axe 1 de l’IHMC, « Conflits et territoires à l’époque moderne et contemporaine », se sont orientées dans quatre directions :

  • l’étude des catégories structurant les sociétés coloniales françaises des débuts de la colonisation à la seconde abolition (XVIIe-XIXe siècles), notamment leur démographie et l’étude de la société esclavagiste à partir des sources judiciaires,
  • l’usage du terme race dans les sources duxviie au xixesiècle,
  • l’étude des « petits blancs » et des libres de couleur des colonies,
  • les interactions entre les colonies françaises et leur métropole coloniale pendant la période de la Révolution française.

Parcours

1988 : Baccalauréat série D-Mathématiques et sciences de la nature (Académie de Versailles).

1995-2003 : Professeur d’Histoire-Géographie dans divers établissements de l’Académie de Guadeloupe (Collèges Germain Saint-Ruf de Capesterre-Belle-Eau, des Roches Gravées de Trois-Rivières, Ramé Décorbin de Sainte-Anne).

2002 : Doctorat d’histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Thèse intitulée : Entre esclavage et liberté : esclaves, libres et citoyens de couleur en Guadeloupe, une population en Révolution (1789-1802), 1168 p. Thèse sous la direction de Jean-Paul Bertaud, soutenue le 8 juin 2002 devant l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

2003-2009 : PRCE en Histoire à l’Université des Antilles et de la Guyane, affecté au DPLSH (Département Pluridisciplinaire de Lettres et Sciences Humaines) de l’UFR de Lettres et Sciences Humaines, sur le site du Camp Jacob (Guadeloupe).

Depuis 2009. : Maître de conférences en Histoire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

2017 : Habilitation à diriger des recherches : Des sociétés d’habitation aux révolutions, dynamiques sociales, démographiques, juridiques et politiques des populations dans le domaine colonial français (1620-1848)

Mémoire inédit : Les maîtres de la Guadeloupe. Etude des propriétaires de terres et d’esclaves en Guadeloupe des débuts de la colonisation à la seconde abolition de l’esclavage (1635-1848). Garant : Pierre Serna. HDR soutenue le 18 novembre 2017 devant l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Responsabilités scientifiques et administratives

Conseiller scientifique du Mémorial des Tuileries consacré à l’esclavage (Lettre de mission du Premier ministre du 13 novembre 2019).

Président du Comité National pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage (nommé par décret du Premier Ministre, le 22 août 2016, jusqu’au 12 novembre 2019)

Distinctions

Prix Henri Hertz 2005 décerné par la Chancellerie des Universités de Paris

Publié le 9 mai 2014, mis a jour le samedi 19 novembre 2022

↑

Ouvrages

Les maîtres de la Guadeloupe – Propriétaires d’esclaves, 1635-1848, Paris, Tallandier, avril 2019, 432 pages. Si les sociétés coloniales des Antilles françaises sont bien connues à travers l’histoire des esclaves, celle de leurs propriétaires restait à faire. Et pour cause : c’est la chronique honteuse de dominants engagés dans une épouvantable entreprise d’exploitation de femmes, d’hommes et d’enfants.

Frédéric Régent, Gilda Gonfier et Bruno Maillard, Libres et sans fers, paroles d’esclaves Français, Fayard, collection Patrick Weil, 2015, 300 p.

Jean-Luc Chappey, Bernard Gainot, Guillaume Mazeau, Frédéric Régent, Pierre Serna, Pourquoi faire la Révolution ? Agone, 2012, 203 p.

La France et ses esclaves, de la colonisation aux abolitions, 1620-1848, Paris, Grasset, 2007, 360 p. ; édition de poche, Paris, Hachette/Littératures, 2009 ; rééd. Paris, Fayard/Pluriel, 2012, 357 p.

Esclavage, métissage, liberté. La Révolution française en Guadeloupe (1789-1802), Paris, Grasset, 2004, 508 p. Cet ouvrage est la version éditée de la thèse. Il a obtenu le prix Henri Hertz 2005 décerné par la Chancellerie des Universités de Paris et une mention spéciale du jury du prix François Furet 2005.

Adélaïde-Merlande Jacques, Bélénus René, Régent Frédéric, La rébellion de la Guadeloupe 1801-1802. Recueil de textes commentés, Archives départementales de la Guadeloupe, 2002, 356 p.

↑

Participation à des beaux livres

Le modèle noir, de Géricault à Matisse, catalogue de l’exposition, Paris, Musée d’Orsay, 26 mars-21 juillet 2019, Pointe-à-Pitre, Mémorial ACTe, 13 septembre-29 décembre 2019, Flammarion, 2019.

Bernard Gomez, Sylvaine Dampierre, Frédéric Régent, Marronnages : Lignes de fuite, Loco éditions, 2019, 96 p.

« Les Rochelais en Guadeloupe au xviie et xviiie siècles » dans Annick Notter, Erick Noel (dir.), Un monde créole, La Geste, 2017, p. 35-40.

↑

Directions d’ouvrages

Bruno Maillard, Érick Noël, Frédéric Régent (dir.), Actes de résistance des esclaves, , hommage au Professeur Sudel FumaRevue du philanthrope, no 9, Presses Universitaires de Rouen et du
Havre, octobre 2020, 192 p.

Frédéric Régent, Jean-François Niort, Pierre Serna (dir.), Les colonies, la Révolution française, la Loi, Rennes, PUR, 2014, 297 p.

↑

Articles

« L’influence du paradigme de résistance dans l’historiographie de l’esclavage des colonies françaises », Revue du Philanthrope, no 9, 2020, p. 23-32.

Avec René Bélénus, « Mai 1802 en Guadeloupe, une révolution antiesclavagiste ? », Revue du Philanthrope, no 9, 2020, p. 169-184.

« Des sociétés d’habitation aux révolutions, dynamiques sociales, démographiques, juridiques et politiques dans le domaine colonial français (1620-1848) », Annales Historiques de la Révolution française, 2019, no 1, p. 219-225.
« Libres de Guadeloupe en Révolution », Revue du Philanthrope, no 8, 2019, p. 68-87.

« Émigration et gestion des plantations pendant la liberté générale en Guadeloupe (1794-1802) », La Révolution française [En ligne], 15 | 2018.

« Préjugé de couleur, esclavage et citoyennetés dans les colonies françaises (1789-1848) », La Révolution française [En ligne], 9 | 2015.

« Structures familiales et stratégies matrimoniales des libres de couleur en Guadeloupe au XVIIIe siècle », dossier Familles en situation coloniale, Annales de Démographie Historique, 2011-2, p. 69-98.

« Approche démographique de la population en Guadeloupe à la fin de l’Ancien régime », Dans et hors de la famille, Annales de Démographie Historique, 2010-1, p. 5-25.

« Armement des hommes de couleur et liberté aux Antilles : le cas de la Guadeloupe pendant l’Ancien Régime et la Révolution », Annales Historiques de la Révolution Française, n° 348, avril-juin 2007, p. 41-56.

« Le rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe, mémoire, histoire et "révisionnisme" 1802-2002 », Cahiers d’Histoire, n° 99, avril-juin 2006, p. 31-36.

« Révoltes, factions, catégories juridiques et sociales en Guadeloupe (1789-1794) », Cahiers d’Histoire, n° 94-95, 2005, p. 87-99.

« Résistances serviles en Guadeloupe à la fin du XVIIIe siècle », Bulletin de la Société d’Histoire de la Guadeloupe, n° 140, 2005, p. 15-42.

« Presse parisienne et expédition d’Egypte (mars 1798-novembre 1799) », Revue Historique des Armées, n° 2, 1998, p. 21-39.

↑

Contributions à des ouvrages collectifs

« Napoléon rétablit l’esclavage 1802-1803 », dans Paulin Ismard (dir.), Les mondes de l’esclavage, Paris, Seuil, 2021, p. 271-276.

« 1664, Colbert et compagnies », dans Patrick Boucheron (dir.), Histoire mondiale de la France, Paris, Seuil, 2017, p. 321-325.

« Revolution in France, Revolutions in the Caribbean », dans Alan Forrest, Matthias Middell (ed.), The Routledge Companion to the French Revolution in World History, 2016, London, Routledge, p. 61-76.

« De la catégorisation des populations coloniales à leur racialisation : l’exemple des colonies des Antilles françaises » dansBernard Grunberg (dir.). Les esclavages en Amérique coloniale. C.H.A.C., n°6. Paris, L’Harmattan, 2013, p. 99-116.

« La fabrication des Blancs dans les colonies françaises », dans Sylvie Laurent, Thierry Leclère (dir.), De quelle couleur sont les Blancs ? Paris, La Découverte, 2013, p. 67-75.

 « De l’humain à la chose, regards des esclavagistes des Antilles françaises sur leurs esclaves », dans Olivier Grenouilleau (dir.), Esclaves. Une humanité en sursis, Rennes, PUR, 2012, p. 197-220.

« Slavery and the Colonies » dans Peter McPhee (dir.), A Companion to the French Revolution, Wiley-Blackwell, 2012, p. 397-418.

↑

Contributions publiées dans des actes de colloque

« La représentation de la “négresse” au travers du prisme de ses relations avec l’homme blanc dans les colonies esclavagistes françaises des Antilles (XVII -XIXe siècles) », dans Karine Bénac-Giroux (dir.) Poétique et Politique de l’altérité Colonialisme, esclavagisme, exotisme (xviiie -xxie siècles), Classiques Garnier, 2019, p. 41-60.

« Les propriétaires d’Anse-Bertrand et les Britanniques, de l’occupation de la Guadeloupe à l’émigration (1794-1802) », dans Les occupations anglaises de la Guadeloupe, Gourbeyre, Société d’Histoire de la Guadeloupe, 2018, p. 25-43.

« Les propriétaires d’esclaves et la guerre pendant la période révolutionnaire, enjeux politiques, économiques et sociaux », dans Anne de Mathan, Pierrick Pourchasse, Philippe Jarnoux (dir.), La mer, la guerre et les affaires, enjeux et réalités maritimes de la Révolution française, Rennes, PUR, 2018, p. 255-269.

« Propriétaires de couleur à la Guadeloupe », dans Couleur et liberté dans l’espace colonial français (début xviiie-début xixe siècle), actes du 4e grand séminaire d’histoire d’outre-mer, parus dans Les cahiers des anneaux de la mémoire, no 17, année 2017, p. 40-65.

« Les marronnages : sources et aspects méthodologiques », dans Jean Moomou, (dir), Société marronnes des Amérique. Mémoires, patrimoines, identités et histoire du xviie au xxe siècles, Matoury, Ibis Rouge, 2015, p. 239-249.

« Le métissage des premières générations de colons en Guadeloupe et à l’ïle Bourbon (Réunion », dans Guy Brunet (dir.), Mariage et métissage dans les sociétés coloniales, Amériques, Afriques et îles de l’Océan Indien (XVIe-XXe siècles), Marriage and misgeneration in colonial societies, Americas, Africa and islands of the Indian ocean (XVIe-XXe centuries),Berne, Peter Lang, 2015, p. 111-131.

« Droit et pratique de la liberté générale en Guadeloupe (1794-1802) », Frédéric Régent, Jean-François Niort, Pierre Serna (dirs.), Les colonies, la Révolution française, la Loi, Rennes, PUR, 2014, p. 125-145.

« From individual to Collective Emancipation : War and tue Republic in the Caribbean during the French Revolution », dans Pierre Serna, Antonino de Francesco and Judith Miller (ed.), Républics at War (1776-1840), Palgrave, Macmillan, 2013, p. 165-186.

« Législation humanitaire et procédures judiciaires des esclaves pendant la Monarchie de Juillet », dans Claire Bourhis-Mariotti, Marcel Dorigny, Bernard Gainot, Marie-Jeanne Rossignol, Clément Thibaud (dir.), Couleurs, esclavages, libérations nationales 1804-1860, Bécherel, Les Perséides, 2013, p. 121-136.

« Devenir Républicain aux Petites Antilles (Guadeloupe, Martinique) à travers l’exemple de l’élection des députés à la Convention », dans Michel Biard, Philippe Bourdin, Hervé Leuwers, Pierre Serna (dir.), 1792, Entrer en République, Armand Colin, 2013, p. 152-165.

« Le voyage républicain détourné : la Royal Navy républicaine », dans Gilles Bertrand et Pierre Serna (dir.), La République en voyage 1770-1850, PUR, 2013, p. 163-179.

« Figures d’esclaves à travers des procédures judiciaires en Guadeloupe de 1789 à 1848 », dans Eric Saunier (dir.), Figures d’esclaves, présences, paroles, représentations, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2012, p. 111-127.

« Les administrations municipales en Guadeloupe pendant la Révolution française (1790-1802) », actes du colloque organisé par le GREHDIOM, Pointe-à-Pitre, juin 2008, paru dans Destouches Didier (dir.), Administration du territoire en Guadeloupe depuis le XVIIIe siècle, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 29-52.

Régent Frédéric et Bonniol Jean-Luc, « Soldats nés esclaves dans la Guadeloupe révolutionnaire (1792-1802), dans Bernand Carmen et Stella Alessandro (coord.), D’esclaves à soldats, miliciens et soldats d’origine servile XIIIe-XXIe siècles, actes du colloque organisé par l’EHESS, 27-29 mai 2004, L’Harmattan, 2006, p. 217-244.

« Victor Hugues, de la Guadeloupe à la Guyane, de l’abolition au rétablissement de l’esclavage », dans Mam Lam Fouck Serge et Zonzon Jacqueline (dir.), L’histoire de la Guyane depuis les civilisations amérindiennes, actes du colloque Guyane, Histoire et Mémoire, Cayenne, 16-18 novembre 2005, Ibis Rouge, 2006, p. 207-219.

« Le rétablissement de l’esclavage et du préjugé de couleur en Guadeloupe (1802-1803) », dans Bénot Yves et Dorigny Marcel (dir.), Ruptures et continuités de la politique coloniale française : 1802-1804-1825-1830, actes du colloque organisé par l’Association pour l’étude de la colonisation européenne à Paris VIII, 20-22 juin 2002, Maisonneuve et Larose, 2003, p. 283-296.

« Hiérarchies internes à la population servile en Guadeloupe à la fin du XVIIIe siècle », texte présenté lors de la conférence « L’héritage de l’esclavage en Europe et en Amérique » organisée par le Middlebury College (Vermont) et le Centre d’Histoire sociale du XXe siècle (Université Paris I), Saint-Claude, 9-11 mars 2001, paru dans Weil Patrick et Dufoix Stéphane (dir.), L’esclavage, la colonisation et après…, PUF, 2005, p. 109-136.

« Origines, desseins et destins des rebelles de 1801-1802 », dans 1802 en Guadeloupe et à Saint-­Domingue : réalités et mémoire, actes du colloque organisé par la Société d’histoire de la Guadeloupe à Saint-Claude, 2-4 mai 2002, Gourbeyre, Archives départementales de la Guadeloupe et société d’histoire de la Guadeloupe, 2003, p. 31-60.

« Couleur, statut juridique et niveau social à Basse-Terre (Guadeloupe) à la fin de l’Ancien Régime (1789-1792) », dans Bonniol Jean-Luc (dir.) Paradoxes du Métissage, actes du 123e congrès du CTHS, Antilles-Guyane 1998, 2001, p. 41-50.

« L’Egypte des idéologues : le regard de la Décade philosophique sur l’expédition de Bonaparte », dans L’expédition d’Egypte, une entreprise des Lumières 1798-1801, actes du colloque international organisé par l’Académie des Sciences, 8-10 juin 1998, Académie des Sciences, 1999, p. 81-92.

↑

Guides ou dictionnaires de recherche

Frédéric Régent, Laurent Dubois, « La période révolutionnaire dans les Antilles françaises » dans le Guide de la recherche en histoire antillaise et guyanaise, Danielle Bégot (dir.), Paris, CTHS, 2011, tome I, p. 513-605.

« Esclavage et société, Guadeloupe, Martinique, XVIIe-XVIIIe siècle. Bilan de la recherche en histoire sociale dans les Antilles d’Ancien Régime », dans le Guide de la recherche en histoire antillaise et guyanaise, Danielle Bégot (dir.), Paris, CTHS, 2011, tome I, p. 411-424.

« Peuplement et démographie de la Guadeloupe (1635-1848) », dans le Guide de la recherche en histoire antillaise et guyanaise, Danielle Bégot (dir.), Paris, CTHS, 2011, tome I, p. 361-368.

Notices « libres de couleur » et « créolisation et métissage », dans le Dictionnaire des esclavages, Olivier Pétré-Grenouilleau (dir.), Larousse. 2010.

Publié le 22 mai 2015, mis a jour le mardi 8 novembre 2022

Version imprimable de cet article Version imprimable
Accueil du site IHMC
 
Institut d'histoire moderne
et contemporaine – UMR 8066
ENS, 45 rue d'Ulm, 75005 Paris
+33 (0)1 44 32 32 86
contact-ihmc@ens.fr
Facebook YouTube