↑

Accueil > Agenda > Séminaires > Archives des séminaires > 2019-2020 > À distance – Logiques et outils du travail délocalisé

À distance – Logiques et outils du travail délocalisé

Pour une histoire des pratiques en histoire de l’art

Séminaire organisé par Jérémie Koering (CNRS, Centre André Chastel) et Michela Passini (CNRS, IHMC)

Un vendredi par mois.

En 2019 : 13 h – 15 h, salle Demargne, Centre Chastel, Galerie Colbert, 2, rue Vivienne, Paris 2e

En 2020 : 11 h – 13 h, Salle de l’IHMC, 3e étage, esc. Dà l’École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, Paris 5e (attention : exception pour janvier, salle au 29, rue d’Ulm)

Loin de se réduire à un processus idéel, régi par la seule logique interne de l’évolution des connaissances et nourri par des échanges exclusivement intellectuels, une discipline se définit par un ensemble de pratiques, par des lieux d’exercice, des outils spécifiques et toute une ergonomie du travail savant qui articule espaces, corps et objets. L’histoire de l’art ne saurait se soustraire à une telle dynamique, que nous souhaitons saisir au croisement de l’histoire matérielle, de l’historiographie et de l’anthropologie des pratiques savantes. Ce séminaire se propose d’explorer les façons de faire des historiens et historiennes de l’art, sans préjuger de leur notoriété actuelle ni de leurs résultats. Nous nous concentrerons sur les opérations et les gestes qui rythment leur travail, sur les instruments d’analyse et les procédures de validation qui le rendent possible.

Pour l’année 2019-2020, le séminaire sera spécifiquement dédié à l’usage que les historiens et les historiennes de l’art font des techniques du travail à distance. À la fin du xixe siècle, les disciplines se constituent au sein de larges réseaux transnationaux d’échanges de modèles, de notions, de pratiques. L’essor d’une histoire de l’art professionnelle se nourrit alors de vastes et complexes circulations intellectuelles. L’histoire de l’institution académique de notre discipline peut, de fait, se lire au rythme de la mise en place d’un réseau d’échanges d’informations, d’objets, de documents, dont il importe d’interroger l’étendue et la densité. Comment, concrètement, l’information circule-t-elle ? Comment se la procure-t-on lorsqu’on est loin de son objet d’étude ? Comment se tient-on au courant de l’actualité de la recherche dans d’autres pays ? Et surtout, que fait-on réellement circuler quand on partage des références bibliographiques, de nouvelles découvertes ou des pratiques de travail ? C’est toute une économie des échanges savants qu’il s’agira de restituer à travers deux axes principaux, souvent perméables l’un à l’autre : d’une part la production, la mise en système et le partage de l’information au sein des institutions, qu’il s’agisse de bibliothèques et centres de recherche, de chaires ou de lieux de savoir plus informels, où souvent un individu concentre l’information sur un domaine et œuvre à sa diffusion ; d’autre part, l’incidence des phénomènes migratoires sur la pratique de l’histoire de l’art. Après la montée des régimes totalitaires dans différents pays européens, plusieurs chercheurs, contraints de s’exiler et confrontés à la distance des objets étudiés, aux subtilités d’une langue étrangère et à de nouvelles habitudes académiques, ont expérimenté différentes façons de poursuivre leur travail dans leur institution d’accueil, laquelle, en retour, a également dû négocier avec l’introduction de ces autres manières de faire. Pour en rendre compte, les interventions réunies porteront sur des objets, des outils, des configurations, des acteurs ou des institutions. La perspective sera notamment d’interroger la spécificité des pratiques de l’histoire de l’art par rapport aux disciplines des sciences humaines.

Programme du séminaire « Les outils visuels – Pour une histoire des pratiques en histoire de l’art » 2018-2019

Vendredi 11 octobre 2019

13 h – 15 h

Jérémie Koering et Michela Passini, Introduction

Introduction

Michela Passini (CNRS, IHMC), Connecter les espaces, fonder une discipline. L’organisation du travail à distance chez Eugène Müntz et ses correspondants


Vendredi 8 novembre 2019

13 h – 15 h

Jérémie Koering (CNRS, Centre André Chastel) et Bertrand Tillier (Université
Paris1 Panthéon-Sorbonne)

La carte postale ou les vacances de l’historien de l’art

Séance annulée

Vendredi 17 janvier 2020

11 h – 13 h

Salle U203, 29, rue d’Ulm, Paris 5e

De l’errance à l’arpentage : l’histoire de l’art selon Nikolaus Pevsner

Émilie Oleron (Queen Mary University of London)


Vendredi 7 février 2020

11 h – 13 h

Rappel : à compter de cette séance, le séminaire se tiendra dans la salle de l’IHMC, 3e étage, esc. D, ENS, 45, rue d’Ulm, Paris 5

L’écriture au sein d’un laboratoire : le cas de la Kulturwissenschaftliche Bibliothek Warburg

Carole Maigné (Université de Lausanne)


Séance annulée

Vendredi 13 mars 2020

11 h – 13 h

Laura Iamurri (Università degli Studi Roma 3)

Stratégies de l’exil : Lionello Venturi et l’Impressionnisme

Séance reportée au 22 mai


Séance annulée

Vendredi 10 avril 2020

11 h – 13 h

Attention : séance annulée en raison de la situation sanitaire. La nouvelle date sera transmise dès que possible.

La correspondance d’Henri Focillon : quelques exemples majeurs

Annamaria Ducci (Fondazione Ludovico Ragghianti)


Vendredi 22 mai 2020

11 h – 13 h

Séance de travail en vue de la double journée d’études sur la pratique de la correspondance chez les historiens de l’art (Centre André Chastel, Institut d’histoire
moderne et contemporaine, Fondazione Ludovico Ragghianti)

Préparation de la journée d’études

Laura Iamurri (Università degli Studi Roma 3)

Stratégies de l’exil : Lionello Venturi et l’Impressionnisme

Séance initialement programmée le 13 mars.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Accueil du site IHMC
 
Institut d'histoire moderne
et contemporaine – UMR 8066
ENS, 45 rue d'Ulm, 75005 Paris
+33 (0)1 44 32 32 86
contact-ihmc@ens.fr
Facebook YouTube