↑

Accueil > Le Laboratoire > Annuaire des membres > Membres associé·e·s > PASSAQUI Jean-Philippe

Jean-Philippe Passaqui

Membre associé

Professeur de chaires supérieures détaché | Ministère des Armées

Agrégé d’histoire (agrégation externe d’histoire obtenue en 1995), chevalier dans l’ordre des Palmes académiques, je suis actuellement détaché de l’Éducation nationale auprès du ministère de la Défense, en classes préparatoires aux grandes écoles, option Saint-Cyr (professeur d’économie, sociologie et histoire du monde contemporain), au Lycée Militaire d’Autun.

Chercheur associé au Centre Georges-Chevrier, j’ai été chargé de cours à l’université de Bourgogne, de 1998 à 2007 : 1re année d’histoire (TD), d’AES (CM) et année de concours (Capes d’histoire-géographie et Agrégation externe d’histoire).

Je suis intervenu ponctuellement dans les enseignements proposés dans le cadre du Master TPTI et du séminaire « Énergie et matériaux », notamment celui consacré aux aciers spéciaux et aciers de précision, dont les interventions ont été publiées dans un numéro de la revue le Marteau Pilon.

Depuis 2008, je suis chercheur associé du Centre d’histoire des techniques (CH2ST-Université Paris 1-EA 127), et, depuis 2014, à l’IHMC.

Titres et fonctions

  • Agrégé d’histoire (1995)
  • Docteur en histoire contemporaine (décembre 2001)
  • Professeur de Chaires supérieures (2021)

Doctorat

2001 : « Intégration vers l’amont, politique d’approvisionnements en matières premières minérales et combustibles fossiles solides, au sein des Établissements Schneider et Cie du Creusot, de 1836 à 1946 ».

Thèse préparée sous la direction de M. Serge Wolikow (Université de Bourgogne). Mention Très honorable avec les félicitations du jury.

Prix spécial d’histoire « François Bourdon » décernée par la Fondation des Arts et Métiers de l’Académie François Bourdon (2002). Publiée en 2006.

HDR en cours

Depuis 2003, je poursuis des recherches centrées sur l’indépendance énergétique de la France et les politiques industrielles qui en découlent. Mes travaux portent notamment sur l’industrie des carburants nationaux depuis la fin de la Première Guerre mondiale. Cette recherche inédite forme la base de mon mémoire d’HDR, en cours de réalisation depuis 2009 sous le parrainage d’Anne-Françoise Garçon.

Thèmes de recherche

L’histoire des techniques, celle des entreprises, et notamment la relation terrain/technique/transmission des innovations et permanence des savoir-faire constituent le socle des recherches évoquées ci-dessous, notamment par le biais du rôle donné aux communautés d’acteurs de la technique dans la création d’une culture propre, capable de susciter, par la constitution de réseaux actifs, l’élaboration d’un savoir commun, de le diffuser, d’en assurer/vérifier la mise en œuvre et l’adaptation par retour d’expériences. Ces recherches s’inscrivent dans les axes 1 et 3 de l’IHMC. Elles s’articulent autour des travaux suivants, auxquels s’ajoute une activité complémentaire, en partenariat avec des chercheurs/institutions en sciences de la terre, qui trouve toute sa place au sein de l’axe 3.

Organisation de colloques

Parcours académique

Depuis 2014, chercheur associé puis chercheur affilié, puis chercheur associé (2020) à l’Institut d’histoire Moderne et Contemporaine (IHMC) - UMR 8066

2008 à 2014, Chercheur associé auprès du LAMOP puis du CH2ST, Université Paris I Panthéon-Sorbonne

2001-2008, Chercheur associé au Centre Georges Chevrier, UMR 5605, Université de Bourgogne/CNRS

Parcours professionnel

Postes dans le secondaire et en CPGE

1994-1995. Professeur certifié

1995-2003, Professeur agrégé classe normale affecté en collège et/ou lycée

2003-2020, Professeur agrégé classe normale affecté en Classes Préparatoires aux Grandes Écoles (CPGE), détaché auprès du ministère de la Défense puis des Armées

2020-2021, Professeur agrégé hors-classe affecté en Classes Préparatoires aux Grandes Écoles (CPGE), détaché auprès du ministère des Armées

2021-en cours, Professeur de chaires supérieures affecté en Classes Préparatoires aux Grandes Écoles (CPGE), détaché auprès du ministère des Armées

Responsabilités pédagogiques particulières

Responsable du projet culturel et pédagogique de la Classe de CPES (Classe préparatoire a` l’enseignement supérieur) du Lycée Militaire d’Autun depuis sa création en 2008. 

Consultant en ingénierie pédagogique auprès du groupe Défense Conseil International (DCI-COFRAS)

Activités d’enseignement dans le supérieur

1998-2006. Chargé de TD et/ou de CM à l’Université de Bourgogne

2016-2017. Organisation et animation du séminaire de Master d’histoire des techniques, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

2008-2017. Organisation et animation de journées d’études/Masterclasses « Les penseurs de la technique », de séminaires, notamment au sein du séminaire « Énergie et matériaux », cours, encadrement d’étudiants, participation à des jurys de soutenance de Master I et II, en histoire des techniques et auprès du Master TPTI.

Responsabilités scientifiques et administratives

Rédacteur en chef de la revue d’histoire des techniques E-Phaïstos

Directeur de la publication « Marteau Pilon », revue consacrée à l’histoire des mines, de la sidérurgie et des constructions navales

Responsable de l’édition des actes des colloques scientifiques organisés par les Amis du Vieux Guérigny

Administrateur et membre du bureau de l’Académie François Bourdon, association reconnue d’utilité publique

Membre du Conseil scientifique de l’Académie François Bourdon

Membre du conseil scientifique du Centre d’études de la métallurgie nivernaise

Membre du conseil scientifique pour la valorisation du lavoir des Chavannes par arrêté du préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté

Membre du conseil scientifique du muséum d’histoire naturelle d’Autun, par arrêté municipal

Ancien Secrétaire général de la Société d’histoire naturelle d’Autun, société savante reconnue d’utilité publique

Distinctions

2020 - Labellisation de l’ouvrage Henri Fayol, les multiples facettes d’un manager, par la Fondation Nationale pour l’Enseignement de la Gestion des Entreprises (FNEGE)

2010 - Chevalier dans l’ordre des Palmes académiques

2002 - Prix spécial d’histoire François Bourdon, 2002, avec encouragement à la publication

 

Publié le 9 mai 2014, mis a jour le jeudi 18 juillet 2024

Techniques et économie des carburants nationaux

Axes 1. Conflits et territoires de l’époque moderne et contemporaine et Axe 3. Savoirs et patrimoine

Je poursuis des recherches centrées sur l’indépendance énergétique de la France et les politiques industrielles qui en découlent. Elles ont notamment débouché sur la publication d’articles et d’ouvrages consacrés à la mise en valeur des ressources uranifères, schistières et charbonnières françaises.

Ces travaux visent à démontrer comment une filière non-économique construit un discours et des pratiques industrielles dans le but de susciter l’attention des pouvoirs publics, et recevoir les soutiens indispensables à sa survie, tout comme l’évolution des moyens utilisés pour renouveler ces soutiens, par le recours à des relais institutionnels, des associations professionnelles souvent éloignées des buts industriels de la production de carburants nationaux. Ces travaux forment le socle de mon mémoire inédit de HDR en cours de rédaction et intitulé : « Entre pétrole et électricité, l’impossible développement de l’industrie des schistes bitumineux en Europe, de 1813 à 1986 ». Ce mémoire est accompagné d’un document de synthèse intitulé : « De l’aîné au cadet, de l’ingénieur des mines à l’ingénieur-géologue, leurs rôles respectifs et successifs dans l’industrialisation de la France (xixe-xxe siècles) ».

Ingénieurs, industries, innovations et entreprises

Axes 1. Conflits et territoires de l’époque moderne et contemporaine et Axe 3. Savoirs et patrimoine

Notre démarche emprunte à plusieurs disciplines : sociologie, économie industrielle et, dans une certaine mesure, géologie appliquée. Son ambition chronologique s’étend du début du xixe siècle aux années 1980. La démarche pluridisciplinaire exposée ci-dessus prend appui sur la notion d’autonomisation de la technique. J’y associe la place du terrain dans la compréhension et l’évolution des savoir-faire. Elle autorise une articulation entre les différents régimes de la pensée technique développés par Anne-Françoise Garçon, par l’étude des vecteurs de transmission, d’appropriation, mais aussi de recèle des savoirs techniques, ainsi que par les moyens mis en œuvre pour asseoir leur présence et en assurer l’évolution. Dans ce domaine, j’ai entamé une étude portant sur la mise au point, l’industrialisation et les applications, en Europe, entre 1916 et les années 1930, des premiers alliages légers, notamment dans l’aviation militaire, prolongement des travaux menés au cours des dernières années sur la conception et l’amélioration des parties métallurgiques (blindages, canons) des premiers chars de combat français pendant la Première Guerre mondiale.

Pour ce faire, mes études en cours et à venir portent essentiellement sur l’histoire des techniques des industries extractives, ainsi que sur l’industrie métallurgique, pour les xixe et xxe siècles. Elles s’orientent vers l’analyse du comportement des industriels, directeurs et ingénieurs des grandes groupes sidérurgiques et miniers français, en vue d’encourager l’innovation et le développement des firmes, sur l’articulation entre l’administration des Mines, les grandes associations professionnelles et les ingénieurs civils, afin de coordonner la formation puis l’activité industrielle. Je cherche notamment à étudier les modes de transmission des savoirs, de constitution d’une communauté technique mue par un but commun, face à laquelle les rivalités économiques et commerciales exercent une prégnance limitée. Par rapport à l’industrie extractive, il s’agira d’aborder en particulier le processus de constitution de divers types d’ingénieurs, indispensables à l’adaptation des conditions techniques d’exploitation à la dégradation de l’environnement géologique, ainsi que l’affirmation de leur présence au sein de la grande entreprise où, précocement, ils acquièrent un pouvoir décisionnel correspondant à celui des managers. Nous sommes bien dans un processus de constitution d’une élite industrielle porteuse de toute la dynamique de professionnalisation, qui prend progressivement le pas, en cumulant leurs prérogatives, sur les hommes d’affaires et les possesseurs d’un savoir empirique, transmis par des générations d’ouvriers. Par rapport à cette thématique, j’ai, au cours des dernières années, participé à plusieurs colloques et journées d’études, comme organisateur ou par le biais de communications.

Patrimoine industriel et minier, histoire des sciences de la terre

Axes 1. Conflits et territoires de l’époque moderne et contemporaine

La fréquentation précoce des sites miniers, souvent encore en cours d’activité, avant même de m’engager dans des recherches historiques, a conduit à accorder une importance majeure à l’utilisation du terrain, comme moyen d’une « histoire appliquée » à l’histoire des techniques. Cette articulation entre archives et études In situ constitue un axe constant de ma démarche d’historien. 

Outre mes travaux sur l’étude et la valorisation du patrimoine industriel, j’ai été à plusieurs reprises contacté par des organismes scientifiques pour contribuer à la rédaction de chapitres consacrés à l’utilisation des vestiges industriels, dans la compréhension des processus productifs, mais aussi dans la connaissance de la constitution des collections pétrographiques, minéralogiques et paléontologiques. Cette collaboration avec les sciences de la Terre s’est poursuivie avec la préparation un ouvrage consacré par le Muséum National d’Histoire Naturelle au paléostratotype de l’Autunien, auquel je participe, sous la direction de Sylvain Charbonnier, professeur au MNHN et ancien président de la Société Géologique de France. Ces travaux ont notamment été conduits dans le cadre du programme « Les routes de l’énergie » qui a permis de disposer d’une véritable expertise sollicitée pour la restauration et la mise en valeur des principaux vestiges miniers, ainsi que pour proposer une valorisation des patrimoines miniers et géologiques. Dans le sillage de ces travaux, et en raison de mon histoire familiale, je poursuis des recherches en histoire des sciences de la terre, qui ont abouti à plusieurs participations à des colloques et des publications dans des revues aussi prestigieuses que les Annales de Paléontologie. J’ai ainsi pu jouer un rôle actif dans différents colloques de géologues, sous la forme d’exposés sur le terrain, de communications. Cette activité s’est soldée par une participation active à la réussite du Congrès de l’Association Nationale des Professeurs de Biologie et de Géologie. Depuis, je continue de participer à ces travaux dans le domaine des sciences de la terre, en insistant notamment sur le rôle des ingénieurs géologues formés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale au moment de renouveler et approfondir la connaissance du sous-sol français. La mise en valeur de nouvelles ressources minérales s’inscrit alors dans un contexte politique caractérisé par la volonté de contrôler certains approvisionnements stratégiques (uranium, scheelite/tungstène, Spath-fluor/fluorine et, déjà, lithium), la création d’organismes de recherches spécifiques : DREM/CEA, BRGM et les laboratoires de géologie de CDF et une articulation très forte entre les recherches de laboratoires et la géologie appliquée, voire minière, pour comprendre la formation de certaines roches, la concentration des minéralisations et, ce faisant, resserrer le maillage des campagnes de prospection.

Publié le 23 mai 2015, mis a jour le mardi 8 novembre 2022

Monographies

Couverture de l'ouvrage « Le Traité et la Notice » Le Traité et la Notice – Relire Fayol avec Fayol, introductions critiques d’Armand Hatchuel, Blanche Segrestin, Marco Bertilorenzi et Jean-Philippe Passaqui, Paris, Presses des mines, novembre 2020, 258 p.

Avec D. Chabard, « Henri Germain Carrat, de l’ingénieur-géologue au géologue-savant », Académie du Morvan, Bulletin no 89, 47e année, 2020, 84 p.

Les voyages forment l'ingénieurLes voyages forment l’ingénieur - Les houillères du Centre et du Midi de la France (1851-1873), Paris, Classiques Garnier, 2015, 564 p. 

Quand Louis et Camille Cailletet envisageaient l’avenir de la sidérurgie du Châtillonnais, Les cahiers du Châtillonnais, 2013, 67 p.

Le Creusot, lumière sur la mine, Le Creusot, Académie François Bourdon, 2009, 102 p.

Avec J. Delfour, C. Gourault, L. Szulak et V. Thiery, « Les minéraux du Morvan », Le règne minéral, revue française de minéralogie, hors série XIII, 2007, 130 p.

Avec D. Chabard, Les routes de l’énergie, Autun, Muséum d’Histoire Naturelle d’Autun, 2007, 162 p.

Avec D. Chabard, L’essence autunoise, un carburant national, Autun, Muséum d’Histoire naturelle d’Autun, 2006, 104 p.

La stratégie des Schneider, du marché à la firme intégrée, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, 405 p.

Directions d’ouvrage

Couverture de l'ouvrageAnne-Françoise Garçon, Jean-Philippe Passaqui et Luc Rojas (dir.), « Mines : retour vers un futur ? », e-Phaïstos, no XI-2 | 2023, octobre 2023

Couverture de la revueAvec Anne-Françoise Garçon, Luc Rojas, Ivan Lafarge et Claudia Da Re (dir.), « Qu’est-ce que concevoir ? Pratiques historiques d’un mode de pensée technique », e-Phaïstos, no X-2, décembre 2022.

Couverture de la revueAvec Claudia Da Re, Ivan Lafarge et Luc Rojas (dir.), « Quel objet pour quel musée ? », e-Phaïstos, no IX-2 | 2021, octobre 2021.

Couverture de la revueAvec Laure Ciccione (dir.), « Autour de Léonard de Vinci, jalons pour une histoire de la conception », e-Phaïstos, no IX-1 | 2021, avril2021.

Couverture de l'ouvrage « Henri Fayol – Les multiples facettes d’un manager »Avec Marco Bertilorenzi et Nadine Dubruc (dir.), Henri Fayol – Les multiples facettes d’un manager, Paris, Presses des Mines, octobre 2019, 342 pages (collection « Histoire, sciences et sociétés »)

Couverture de « La question énergétique en Bourgogne, n° 90/3-4 (2018) des Annales de Bourgogne »Avec Dominique Le Page et François Jarrige (dir.), Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2018, La question énergétique en Bourgogne, no 90/3-4 (2018) des Annales de Bourgogne, 194 pages.

Avec M. Bertilorenzi et A-F. Garçon, Entre technique et gestion, une histoire des « ingénieurs civils des mines », xxe-xxe siècles, Paris, Presses des Mines, 2016, 395 p.

Avec D. Chabard et Y. Paquette (dir.), « Deux siècles de législation minière en France », Mines et Carrières, no 174, hors-série, octobre 2010, 140 p.

Articles et contributions à ouvrages collectifs

« De l’ingénieur à l’architecte, de l’architecte à l’artiste : les vies de l’acier Corten (1933-2022), in Les matériaux de construction entre concurrence et coopétition : quelle place pour l’aluminium ? D. Barjot, T. Renaux & B. Vinogradov (dir.), Revue d’histoire économique de la France, no 17, 2022, p. 54-78.

Notices « Bessemer, adoption et diffusion du procédé en France », « Blindages et armement », « Canons, la mise au point des aciers », « Pierre Chevenard », « Coke », « École des mines de Paris », « Écoles régionales de la métallurgie », « Fayol et le redressement des activités sidérurgiques de Commentry-Fourchambault », « Frédéric Le Play, un grand métallurgiste », « Pierre-Émile Martin », « Osmond et l’invention de la métallographie », « Le procédé Thomas et ses conséquences sur la géographie de la sidérurgie française », in Dictionnaire historique de la sidérurgie française, P. Mioche, É. Godelier, I. Kharaba et P. Raggi (dir.), Aix Marseille Université, Presses Universitaires de Provence, 2022, 818 p.

Avec J-A. Berthiau, « Les usages du Barbotin après Benoît Barbotin », Marteau Pilon, vol. XXXIV, 2022, p. 79-92.

« Henri Fayol et l’évolution de la géographie industrielle de Commentry-Fourchambault », Marteau Pilon, no XXXIII, 2021, p. 65-78.

« L’ingénieur-géologue, de la mise en place de sa formation à la rencontre avec l’uranium du Morvan », Bulletin de la Société Académique du Nivernais, t. 90, 2021, p. 7 à 20.

« Clément et Édouard Curières de Castelnau, parcours de jeunesse d’un ingénieur et d’un général leplaysiens », Les maréchaux de la Grande Guerre, Actes de la journée d’études du 23 octobre 2018, Paris, DELPAT/ECRITERRE, 2021, p. 139 à 158. 

 « Léonard de Vinci, les ingénieurs français et "l’apothéose mécanique" », e-Phaïstos, revue d’histoire des techniques, IX-I, avril 2021

Avec M. Bertilorenzi, A. Hatchuel et B. Segrestin, « Entreprise et société, aux sources de l’œuvre de Fayol », in Henri Fayol. Le Traité et la Notice, Relire Fayol avec Fayol, Paris, Presses des Mines, 2020, p. 23 à 42.

« Frédéric Le Play et la survie de la sidérurgie au bois en Europe », in Face à la puissance, F. Jarrige & A. Vrignon (dir.), Paris, La Découverte, 2020, p. 100-112.

« Ingénieurs des mines et garde-mines », NAEN, no 165, 2020, p. 2 à 25.

« Nous réparons le passé et préparons l’avenir, Henri Fayol et le relèvement de Commentry-Fourchambault », Marteau Pilon, no XXXII, 2020, p. 17-35.

« Le Creusot et les mines de fer de Savoie », Mines de Montagne, hors-série La rubrique des patrimoines de Savoie no 8, 2020, p. 34-35.

« Schneider, l’aviation et les alliages légers (1916-1939) », e-Phaïstos, revue d’histoire des techniques, VIII-2, 2020

« Les grands débuts de la littoralisation de la sidérurgie française », Marteau Pilon, no XXXI, 2019, p. 13 à 24.

« Henri Fayol, l’interface intergénérationnelle entre Commentry-Fourchambault et Decazeville et l’École des mines de Saint-Étienne », Marteau Pilon, no XXXI, 2019, 25 à 46.

« Quand la faillite menace. Henri Fayol, les ingénieurs intermédiaires et le redressement de Commentry-Fourchambault (2nde moitié du xxo siècle) », Cahiers du CNAM, no 11, 2019, p. 19 à 46.

« Du relèvement à la reprise des investissements de Commentry-Fourchambault : le deuxième plan décennal d’Henri Fayol », Cahiers du CNAM, no 11, 2019, p. 111-116. 

« Agglomérés, agglomérer », e-Phaïstos, revue d’histoire des techniques, VII-2, 2019

« La mine de Commentry, une étape décisive dans l’édification des principes gestionnaires et administratifs d’Henri Fayol », in Henri Fayol, un manager aux multiples facettes, M. Bertilorenzi, N. Dubruc et J-Ph. Passaqui (dir.), Paris, Presses des Mines, 2019, p. 33 à 70.

« La Première Guerre mondiale : un tournant décisif dans l’histoire de la sidérurgie française », Bulletin de l’Académie François Bourdon, t. XX, 2019, p. 18 à 25.

Avec Michel Schmitt, « Les lycées de la Défense, établissements d’élite ou établissements d’excellence ? » Revue de la Défense nationale, no 808, 2018, p. 53 à 59.

« Concentration de la production et renouvellement des pratiques commerciales au sein des houillères du bassin de Bourgogne-Nivernais au lendemain de la Première Guerre mondiale », Annales de Bourgogne, t. XC, fasc. 3 et 4, 2018, p. 97 à 124.

« Mobilisation des facteurs de production et coordination de l’activité industrielle aux usines Schneider du Creusot de 1914 à 1918 », in L’industrie dans la Grande guerre, P. Fridenson et P. Griset (dir.), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2018, p. 299 à 324.

« La construction des tracteurs agricoles en Saône-et-Loire au lendemain de la Seconde Guerre mondiale », Actes du colloque Agriculture et industrie, l’innovation en partage, Xe rencontres d’histoire de la métallurgie, 2017, p. 183 à 204.

« L’ingénieur en chef des Mines de Rozière, de la campagne d’Egypte au relèvement des mines de La Machine », Marteau Pilon, no XXIX, 2017, p. 85 à 106. 

« Le manque de réflexion patrimoniale autour d’une filière chimique originale : la carbonisation industrielle du bois », Patrimoine industriel, no 69, 2016, p. 116 à 125.

« La formation à l’École des mines de Paris, au cœur du changement technique du milieu du xxo siècle », in Entre technique et gestion, une histoire des ingénieurs civils des mines, xixo-xxo siècles, M. Bertilorenzi, J-P. Passaqui et A-F. Garçon (dir.), Paris, Presses des Mines, 2016, p. 49 à 74.

« Un ingénieur des Mines au parcours original : Joseph François de Champeaux », Marteau Pilon, no XXVIII, 2016, p. 21 à 36. 

« Faire main basse sur le minerai de fer alpin. Une tentative des Schneider pour contrer les prétentions des fournisseurs (1869-1899) », Actes du colloque Les chemins du fer de Belledonne, 2016, p. 147 à 153. 

« Aux origines des perturbations des marchés charbonniers par les conflits et les expéditions militaires : la déstabilisation des houillères du Midi de la France par la guerre de Crimée », Charbon et conflits dans le monde, actes du colloque international de Lewarde, p. 88 à 99 et At the origin of disruptions in the coal markets due to wars and military expeditions : the destablisation of coalmines in France’s Midi region by the Crimean war, 2016, p. 237 à 240.

« Au cœur de la transition d’une grande entreprise sidérurgique : le binôme Maisonneuve-Thoste au sein de Châtillon-Commentry », Bulletin de la société des sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, t. CXXIII, 2016, p. 61-86.

« Le rôle des exploitations minières de la région d’Autun dans la constitution des collections paléontologiques », Annales de paléontologie, vol. 100, no 2, 2014, p. 151-156.

« Économies d’énergie et localisation des usines sidérurgiques en Europe occidentale au début du xxo siècle », in Les mutations de la sidérurgie mondiale du xxo siècle à nos jours, C. Barthel, I. Kharaba, P. Mioche (dir.), Bruxelles, Peter Lang, 2014, p. 413 à 432.

« Les conséquences de la Première Guerre mondiale sur la géographie industrielle du groupe Commentry-Fourchambault et Decazeville », Marteau Pilon, no XXVI, 2014, p. 95 à 106.

« Connaître, comprendre et combattre les risques dans les mines de combustibles minéraux », Le Mouvement Social, no 249, 2014, p. 115 à 140.

« L’approvisionnement en houille des usines du Creusot pendant les guerres de la Révolution et de l’Empire », Actes du colloque économie et industrie en Bourgogne, étapes et perspectives, Château-Chinon, Académie du Morvan/Association Bourguignonne des Sociétés Savantes, 2014, p. 195 à 214.

« Les usines expérimentales de carburants de remplacement, carburants nationaux, en France, de 1934 au début des années 1950 », Annales Historiques de l’Électricité, no 12, 2014, p. 105 à 123.

« La haute banque parisienne et la modernisation de l’industrie extractive du bassin de Bourgogne-Nivernais », in Banques et industrie, histoire d’une relation timorée du xxo siècle à nos jours, I. Kharaba et P. Mioche (dir.), Dijon, Éditions Universitaires Dijonnaises, 2013, p. 33 à 55.

« Les compagnies minières du Centre et du Midi de la France face aux difficultés engendrées par les couches puissantes de houille (1850-1873) », Actes du colloque des machines et des hommes, Lewarde, 2013, p. 44 à 51 et p. 179 à 182.

« Quand l’innovation engendre l’incertitude, réception et diffusion du procédé Martin », Marteau Pilon, no XXV, juillet 2013, p. 47 à 67.

« Réflexions sur les échelles de prise en compte du patrimoine industriel », Actes du colloque Le patrimoine industriel des petites villes, Centre d’Études de la Métallurgie Nivernaise, 2013, p. 189 à 196.

« Le peintre de l’usine du Creusot », Rochette, Un coin d’atelier, Autun, Musée Rolin, 2013, p. 36 à 56.

« L’administration des mines et le développement de la filière des carburants nationaux, carburants de remplacement, en France, de 1928 à la fin de la Seconde Guerre mondiale », in Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques, A-F. Garçon et B. Belhoste (dir.), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2012, p. 353 à 373.

« La disparition des mines exceptées de la nationalisation » La Physiophile, no 154, juin 2011, p. 23 à 30.

« Le patrimoine de la grande industrie française de la carbonisation du bois », Acte de l’International workshop : Les patrimoines de la mobilité : état des lieux et perspectives de recherche, Lisbonne, Colibri, juillet 2011, p. 69 à 82.

« D’Autun à l’Autunien, quelques remarques sur les progrès de la paléontologie européenne », Bulletin de la Société d’Histoire Naturelle et des Amis du Muséum d’Autun, no 200, 2011, p. 27 à 38.

Avec S. Bellenfant, « Les Télots, une usine devenue friche industrielle aux portes d’Autun », Revue Scientifique Bourgogne Nature, no 12, 2010, p. 3 à 9.

« Entre villes et campagnes, les cités minières du bassin de Bourgogne-Nivernais au xxo siècle », Actes du colloque Villes et villages, Avallon, Association Bourguignonne des Sociétés Savantes, 2010, p. 203 à 217.

« Comment et pourquoi une substance minérale devient-elle concessible ? » Mines et carrières, no 174, 2010, p. 74-81.

« Produire des carburants liquides à partir de la houille », Marteau Pilon, no XII, 2010, p. 33 à 46. 

« Quels choix de mise en valeur pour le patrimoine géologique et minier du bassin de Bourgogne-Nivernais ? » Géologues, revue de l’Union française de géologie, 2010, p. 86 à 88.

« Le bois, un carburant solide en Bourgogne-Nivernais, de 1917 à 1950 », Actes du colloque « Le bois, la forêt », XVIIIe colloque de l’Association Bourguignonne des Sociétés Savantes, p. 309 à 338, 2009.

« L’industrie des schistes bitumineux et la filière des carburants de remplacement de 1933 à 1957 », De l’histoire du transport à l’histoire de la mobilité ? Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 289 à 301.

Avec I. Kharaba, M-F. Gribet et N Thibon, « Paysages industriels », Des paysages à voir et à lire en Bourgogne, Dijon, CCSTI, 2009, p. 164 à 173.

« La Machine au temps des Schneider », Étude et documents no 11, Nevers, Musées de la Nièvre, 2008, p. 42 à 60.

Avec J-J. Chateauneuf et P. Marteau, Autun bituminous shales : geology, reserves, qualities and exploitation history, Autun, AGPT symposium, 2007, p. 30-31.

« Schneider et Cie, de la sidérurgie aux constructions navales », Actes du Colloque Marines et entreprises, xviie-xxo siècle », Septièmes rencontres d’histoire de la métallurgie, 2007, p. 235 à 256.

« Le poids des grands accidents miniers de France dans la politique minière des établissements Schneider », Actes du colloque 10 mars 1906, la catastrophe de Courrières… et après ? Lewarde, Centre historique minier, 2007, p. 124 à 130.

« Découverte et mise en valeur des minerais radioactifs de l’Autunois-Morvan », Annales de Bourgogne, tome 77, fascicule 3, 2005,p. 371 à 405.

« Du pétrole lampant au carburant pour automobile », Archéologie Industrielle en France, no 42, juillet 2003, 2009, p. 26 à 35. 

« Mines et minières de Côte-d’Or, au xxo siècle », Mémoires de la Commission des Antiquités du département de la Côte-d’Or, tome XXXVII, Dijon, Académie des Sciences, arts et belles-lettres, 1999, p. 379 à 396. 

Comptes rendus

« Note de lecture, Françoise Birck, L’École des mines de Nancy (ENSMN), 1919-2012, Entre université, grand corps d’État et industrie », Le Mouvement social, 2019, p. 119-121.

« Un ouvrage nous a appris, le tournant fayolien », e-Phaïstos, revue d’histoire des techniques, VI-1, 2017-2018, 7 p.

Publié le 22 mai 2015, mis a jour le jeudi 26 octobre 2023

Version imprimable de cet article Version imprimable
Accueil du site IHMC
 
Institut d'histoire moderne
et contemporaine – UMR 8066
ENS, 45 rue d'Ulm, 75005 Paris
+33 (0)1 44 32 32 86
contact-ihmc@ens.fr
Facebook X YouTube