↑

Accueil > Recherches > Les programmes financés

Les programmes financés

L’IHMC est impliqué, via ses membres, dans plusieurs projets collectifs financés totalement ou partiellement par des partenaires extérieurs.

Ces projets spécifiques, portant sur des thèmes particuliers, contribuent au développement des recherches propres de l’IHMC ainsi qu’à celui des collaborations avec diverses entités (laboratoires, établissements, universités, etc.). Ils favorisent ainsi l’inscription de l’unité dans le paysage national et international de la recherche.

↑

LUBARTWORLD | ERC

  • ERC Advanced Grant 2019 : Le Son de l’empire dans les cultures coloniales au xxe siècle : repenser l’histoire par la musique
    Identifiant du projet : MUSICOL (no 834195)
    Dates du projet : 2019-2024

    L’objectif est de produire un nouveau modèle conceptuel et historique pour étudier l’influence de la vie musicale et des médias sonores sur la vie coloniale, contribuant ainsi à l’identité complexe et dynamique des diverses populations, des colonisateurs et des colonisés. L’examen des contextes musicaux et des pratiques des populations urbaines, européennes et autochtones, permettra de mieux comprendre non seulement ce qui a aidé l’impérialisme à s’enraciner, mais également les échanges culturels au sein des sociétés multiethniques et multiculturelles d’aujourd’hui.

Migration and Holocaust : Transnational Trajectories of Lubartow Jews Across the World (1920s-1950s)

Projet ERC Consolidator Grant 2018
Identifiant du projet : LUBARTWORLD

Dates du projet : 2019-2024

L’objet de ce projet est d’interroger les liens entre dynamiques migratoires et persécution. A cette fin, il propose de reconstituer, dans une perspective de micro-histoire globale, les trajectoires d’un groupe d’environ 3 000 Juifs polonais, des années 1920 aux années 1950, habitant dans un même village au départ de l’étude. Il propose de suivre les parcours sur une trentaine d’années de ces individus, en étudiant à la fois ceux qui restent et ceux qui émigrent dans différents espaces tout en interrogant les connexions entre ces deux ensembles.
Cette enquête interroge la validité, l’intérêt heuristique mais également les difficultés d’une approche micro-locale dans la compréhension de l’histoire des persécutions. L’approche « par cas » permet de s’inscrire dans une dynamique d’analyse attentive aux formes et aux enjeux de sociabilité, de combiner différents matériaux et différentes méthodes mais aussi d’articuler changement d’échelle et quantification.

Présentation complète du projet
 

↑

Pratiques des savoirs entre jugement et innovation | ANR

Pratiques des savoirs entre jugement et innovation – Experts, expertises du bâtiment, Paris 1690-1790

Identifiant du projet : ANR-17-CE26-0006

Dates du projet : 2018-2022

Coordinateur : Robert Carvais
Responsable IHMC : Valérie Nègre

Ce projet a pour objectif d’analyser l’important corpus de procès-verbaux d’expertises du bâtiment parisien conservés dans la sous-série Z1J des archives nationales. Il s’agit de comprendre le fonctionnement des expertises des bâtiments sur une période d’un siècle, à Paris, au moment où l’institution déjà ancienne fait l’objet d’une réforme profonde, consistant à ouvrir ses portes aux architectes à part égale avec les entrepreneurs maçons, leurs concurrents directs, par la création d’offices partagés entre les uns et les autres (édit de 1690).

Présentation complète du projet

↑

Dans le sillage de la mort d’un empire, 1922 | École française d’Athènes

Dans le sillage de la mort d’un empire, 1922 : transitions politiques et stratégies d’enracinement des populations minoritaires en Méditerranée orientale

Dates du projet : 2022-2026

Responsables : A. Dalachanis, A. Rappas

Ce projet s’intéresse aux populations minoritaires dans le contexte des transitions politiques qui accompagnent la fin de l’Empire ottoman de l’Égypte aux Balkans et à leur adaptation à la tendance à l’homogénéisation culturelle. Il s’agira moins d’étudier la mobilité des populations minoritaires que leur enracinement, c’est-à-dire la perpétuation d’une normalité en situation anormale.

Page sur le site de l’EFA : https://www.efa.gr/fr/1922

↑

Destins d’objets | École française d’Athènes

Destins d’objets. La circulation des traces matérielles du passé de l’Antiquité à nos jours

Dates du projet : 2022-2026

Responsables : A. Dalachanis, M. Volait

Ce projet quinquennal (2022-2026) vise à impulser une réflexion collective sur la « translocation » des objets dits patrimoniaux, et la mutation des significations qui leur sont attachées, en adoptant une perspective transversale large du point de vue géographique (Europe, Asie, Méditerranée orientale) et temporel, axée sur les mobilités des artefacts historiques, d’un lieu à un autre, d’un groupe social à un autre, d’un régime d’usage à un autre, d’une institution à une autre, dans la longue durée. L’objectif scientifique poursuivi est double. Il est tout d’abord de parvenir à une ontologie la plus exhaustive possible des mouvements d’objets intervenus au cours de l’Histoire, ainsi qu’à une synthèse des phénomènes qui les engendrent et des situations que ces mouvements génèrent en retour, en s’appuyant à la fois sur la bibliographie de référence et sur les enquêtes empiriques qui seront conduites. Il est ensuite d’identifier des artefacts particulièrement significatifs, qui incarnent et en retour permettent d’enrichir la connaissance des circulations intra et interculturelles, et dont la biographie sera étudiée de façon approfondie. Il est attendu de cette combinaison d’approches macro et micro, mises en résonance sur des terrains diversifiés, une connaissance renouvelée des raisons et des mécanismes du déplacement des biens culturels.
Ce projet pluriannuel, dirigé par Angelos Dalachanis (CNRS-IHMC) et Mercedes Volait (CNRS-InVisu), est hébergé par l’École française d’Athènes et a reçu la labellisation, au titre des projets inter-établissements, du réseau des Écoles françaises à l’étranger.

Carnet Hypothèses du projet : https://desobjets.hypotheses.org/

↑

Trieste ville d’Empire(s) | Programme de Formation-Recherche du Ciera

Dates du projet : 2020-2022

Partenaires : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / IHMC, Ruhr-Universität Bochum / Zentrum für Mittelmeerstudien
Responsables : David Do Paço, Markus Koller, Christine Lebeau, Kolja Lichy

À l’instar de Hambourg, à laquelle ses chroniqueurs la comparent souvent, Trieste est un lieu de pouvoir qui use des échelles du Saint-Empire pour développer son rayon d’action. C’est aussi une zone de contact qui fait communiquer savoirs caméraux et commerciaux. Le projet vise à redonner à la cité son histoire en-deçà du grand récit du port franc (1719) dominé par les „groupes“, matrice des histoires et conflits nationaux des xixe et xxe siècles. Le PFR réunira des chercheurs confirmés et des doctorants spécialistes de plusieurs champs historiques (histoire du Saint-Empire et de l’Allemagne, de la Monarchie des Habsbourg, de la Méditerranée, histoire économique, histoire du monde juif....) et/ou actifs dans d’autres champs disciplinaires (science politique, communication, urbanisme...).

Présentation complète du projet

↑

Harmonia Universalis | Labex Hastec

Harmonia Universalis – Du mouvement mesmérien à l’internationale magnétiste

Dates du projet : 2018-2024

Responsable : Jean-Luc Chappey (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne-IHMC), avec Bruno Belhoste (Paris 1) et David Armando (EHESS).

Suite du projet 2014-2018 « Harmonia Universalis – Pour une prosopographie de la Société de l’Harmonie Universelle (1783-1786) »

Présentation du projet sur le site d’Harmonia Universalis. 

↑

Formes et fonctions du dessin technique (xvie-xxe siècle) | Labex Hastec

Dates du projet : 2020/2021

Partenaires : Labex Hastec, Centre Alexandre Koyré (CAK), IHMC

Coordinatrice : Valérie Nègre (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHMC)
Responsables : Liliane Hilaire Pérez (Université Paris Diderot, CAK) et Valérie Nègre (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHMC)

Le projet vise à créer un groupe de travail autour du thème du dessin technique (xvie-xxe siècle). Alors que les études sur les dessins scientifiques se sont multipliées, qu’elles bénéficient depuis les années 1990 de recherches croisées entre les historiens des sciences et les historiens de l’art ainsi que de vastes programmes de recherche sur les types et même les « styles » d’images scientifiques, les dessins techniques n’ont fait l’objet d’aucune approche transversale sur une longue période. Le thème est propice au décloisonnement des disciplines historiques et le groupe entend le développer dans cette direction en favorisant le dialogue entre les champs académiques des techniques, des sciences, des arts et de l’économie. La dimension européenne du projet réside dans les corpus étudiés : sources françaises, anglaises, suisses et américaines, et la mise en relation des laboratoires français avec l’École polytechnique fédérale de Lausanne, La Société des arts de Genève et la Society of Arts de Londres. Un premier ensemble de questions porte sur la nature, la forme et la matérialité des dessins techniques ; un deuxième sur la fonction de ces dessins.

↑

Programmes achevés

2018-2022 | InsSciDE – Inventing a shared Science Diplomacy for Europe | H2020

Grant agreement : no 770523

Dates du projet : 2018-2021

Coordinateur : Pascal Griset

Responsable IHMC : Muriel Le Roux, WP 5-Health

Site du projet : www.insscide.eu

InsSciDE est financé par le programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union européenne, ainsi que par l’Unesco.

Il réunit des chercheurs en histoire et technologie, des réseaux de diplomates et de scientifiques, d’experts en statégie et des décideurs politiques pour placer la diplomatie scientifiques au premier plan et en faire un meilleur usage.

Le colloque conclusif s’est tenu les 23 et 24 juin 2022 à Paris.

2018-2019 | Migration et Shoah | ANR-Tremplin

Pour une microhistoire globale des trajectoires des Juifs de Lubartow à travers le monde, des années 1920 aux années 1950 – LUBARTWORLD

Identifiant du projet : ANR-18-ERC1-0003

Dates du projet : avril 2018 – mars 2020 (interrompu suite à l’obtention de l’ERC Lubartworld)

Coordinatrice : Claire Zalc

Présentation du projet sur le site de l’ANR : https://anr.fr/Projet-ANR-18-ERC1-0003

La question des migrations de populations est l’un des enjeux majeurs de la période contemporaine. Parallèlement, la mise en place d’une politique systématique de catégorisation, discrimination, persécution puis extermination des Juifs européens constitue l’un des événements principaux de la première moitié du 20e siècle. L’objet de ce projet consiste à comprendre les relations entre ces deux histoires qui bien souvent s’ignorent. Son originalité consiste à relier ces deux domaines afin de mieux comprendre l’histoire des inter-relations entre migrations et persécutions dans le premier vingtième siècle, deux processus qui transforment en profondeur la configuration de l’Europe, dans ses connexions au monde, notamment atlantique et océanien.

À cette fin, il propose de reconstituer, dans une perspective de micro-histoire transnationale, les trajectoires d’un groupe de Juifs polonais, des années 1920 au début des années 1950. La démarche qui croise prosopographie, approche nominative et analyses de trajectoires, projette de suivre, dans la durée, les parcours et itinéraires de l’ensemble des habitants juifs d’une localité de Pologne : Lubartow, située non loin de Lublin, sur le Wieprz. Il s’agit de comprendre comment on peut expliquer les comportements d’émigration, leurs scansions chronologiques et leurs conséquences sociales, économiques, mais ici bien souvent vitales. La mise en regard des processus de migration et de persécution, à partir d’une étude intensive non pas d’un lieu, mais des personnes de ce lieu, constitue l’une des mises à l’épreuve possibles des atouts et difficultés d’une microhistoire de la Shoah, comprise dans son interrelation avec les migrations dans l’Europe du premier 20e siècle.

Le cadre méthodologique du projet LUBARTWORLD est celui d’une micro-histoire globalisée. En effet si le projet part de Lubartow, il mène au monde, dans sa globalité, puisque les Lubartoviens le sillonnent et que leurs trajectoires incarnent à leur manière les bouleversements que connaissent l’Europe et le monde au 20e siècle. Néanmoins, il se distingue en ce qu’il adopte non pas l’échelle de trajectoires individuelles, mais l’échelle d’un groupe, de 3 000 personnes, et plus exactement d’un collectif. Dès lors, ce projet appelle à la mise au point de techniques quantitatives du matériau recueilli. C’est donc à une compréhension de l’histoire globale du monde à partir de celle des habitants d’un shtetl que le projet LUBARTWORLD invite.

2017-2021 | ADMINETR – Administrer l’étranger. Mobilités, diplomaties et hospitalité Italie-Europe (xive-mi xixe siècle) | École française de Rome

Section EFR : Moyen Âge et Époques moderne et contemporaine

Présentation du projet sur le site de l’EFR : https://www.efrome.it/adminetr

Responsables : Gilles Bertrand, professeur, Université de Grenoble-Alpes, membre senior de l’Institut Universitaire de France (IUF) et membre du LUHCIE ; Catherine Brice, professeur, Université de Paris Est Créteil Val-de-Marne, rattachée au Centre de Recherche en histoire européenne comparée, membre senior de l’Institut Universitaire de France (IUF) ; Naïma Ghermani, maître de conférences, Université de Grenoble-Alpes, membre junior de l’Institut Universitaire de France (IUF) et et membre du LUHCIE ; Virginie Martin, maître de conférences, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (IHMC / IHRF) ; Gilles Montègre, maître de conférences, Université de Grenoble-Alpes et membre du LUHCIE ; Ilaria Taddei, maître de conférences, Université de Grenoble-Alpes, affiliée au LUHCIE ; Sylvain Venayre, professeur, Université de Grenoble-Alpes et directeur du LUHCIE

L’étranger comme objet de pensée, comme hôte accueilli ou refoulé, enfin comme acteur vivant une expérience sociale, juridique et politique, tels sont les trois points que ce projet se propose d’éclairer.

Il s’agit d’enquêter sur les mobilités et leur prise en charge institutionnelle et diplomatique dans un espace qui associe l’Italie à son contexte européen, en particulier à la France et aux mondes hispanique et germanique.

On s’intéresse à la construction de l’étranger entre le xive siècle et le milieu du xixe siècle en considérant les institutions religieuses, politiques, économiques ou savantes, dans une perspective locale, nationale et transnationale autant que du point de vue des personnes en déplacement, étudiées comme individus, groupes constitués ou communautés imaginées.

Se dégagent ainsi trois grandes directions de recherche :

  • Normes, discours et représentations de l’hospitalité
  • Pratiques de l’accueil : aider, contrôler, rejeter
  • Groupes et individus en mouvement : expériences de la mobilité

2018-2021 | Réalités, évolutions et attentes : les évolutions entre les métiers des postiers et les clients/usages de La Poste | La Poste

Projet d’un an débutant en janvier 2018 ; publication des résultats à venir (fin 2020 ou début 2021)

Dirigé par Muriel Le Roux et Maurice Godelier, avec Marie Durand et Éric Mannaert.

L’anthropologie couvre l’intégralité des champs des sciences humaines dans le temps de l’histoire de l’humanité et l’espace des cultures du monde. Par sa confrontation au réel, l’anthropologie permet de percevoir les valeurs communes qui structurent tout groupe social. L’histoire, par son approche sur le temps long, permet, quant à elle, une contextualisation des faits observés. L’anthropologie historique demeure ainsi, par sa capacité à observer à la fois la réalité et l’imaginaire de toute société humaine, mise en contexte dans la durée, un outil fondamental pour aider un groupe social à penser son évolution. La Poste est un groupe social avec ses propres valeurs, son organisation interne et sa volonté d’être pérenne. C’est dans ce cadre que La Poste souhaite voir réaliser une étude anthropologique portant sur l’évolution des métiers des postiers dans leur relation aux clients/usages.

Contact à propos du projet : Muriel Le Roux

2017-2021 | LETTRESART – Lettres d’artistes. Pour une nouvelle histoire transnationale de l’art (xviiie-xixe siècles) | École française de Rome

Section EFR : Époques moderne et contemporaine

Présentation du projet sur le site de l’EFR : https://www.efrome.it/lettresart

Responsables : Maria Pia Donato, directrice de recherche, Institut d’Histoire moderne et contemporaine (CNRS-ENS-Paris 1) ; Giovanna Capitelli, professeur associée, Dipartimento di Studi Umanistici, Università della Calabria

Principaux résultats :

2017-2020 | PaintItBlue – Un pigment rococo ? Enquête sur les mondes sociaux du Bleu de Prusse à Paris au dix-huitième siècle | Région Île-de-France

Financement DIM « Matériaux anciens et patrimoniaux »

Responsables : Charlotte Guichard et Anne-Solenn Le Ho.

À vocation interdisciplinaire, construit au carrefour entre les sciences humaines et sociales et les sciences physico-chimiques, ce projet entend faire l’histoire d’un pigment nouveau, le bleu de Prusse, inventé à Berlin vers 1706, au moment de ses premières expérimentations et appropriations chimiques, esthétiques et socio-économiques dans le Paris du dix-huitième siècle. A partir de sources hétérogènes (tableaux anciens, analyses physico-chimiques, archives notariées, littérature technique….), cette enquête veut mesurer l’utilisation de ce pigment par les peintres de l’Académie royale de peinture et l’inscrire dans les réseaux d’approvisionnement en matériaux d’artistes dans le Paris des Lumières. Elle est fondée sur l’étude conjointe des bases de données et des analyses produites par le C2RMF, des archives notariées et de la littérature technique du temps.

Le projet vise ainsi à éclairer les acteurs sociaux impliqués dans les innovations autour du bleu de Prusse — apothicaires, chimistes, peintres, mais aussi marchands épiciers et entrepreneurs. Il entend comprendre plus finement les recettes et les arts de faire à l’origine de ce nouveau pigment, en confrontant sources physico-chimiques et sources historiques. Enfin, il espère restituer les contextes socio-économiques locaux qui rendirent possible l’innovation et l’appropriation de ce nouveau pigment dans la peinture produite et exposée à Paris au dix-huitième siècle en lien avec les développements majeurs de la chimie.

Site du projet : https://www.dim-map.fr/projets-soutenus/paintitblue/

2017-2020 | A Global Youth in the Making : the 200,000 Residents of the Cité internationale unversitaire in 20th-Century Paris | ANR

Identifiant du projet : ANR-17-CE28-000

Le programme « A Global Youth in the Making » financé par l’ANR (2017-2020) vise à d’appréhender sur le temps long l’internationalisation de l’enseignement supérieur, dont les mobilités étudiantes constituent un indicateur de premier plan, en exploitant les dossiers individuels d’admission des milliers de résidents passés par la Cité internationale universitaire de Paris depuis les années 1920. L’objectif est notamment de constituer une base de données des profils et des trajectoires des étudiants en mobilité internationale, et de poursuivre les travaux autour de l’histoire de la Cité internationale.

À court terme, les données récoltées permettront de mesurer dans quelle mesure les étudiants passés par la Cité constituent une « jeunesse globale » et ce qu’une expérience de vie au sein d’un campus international veut dire, autant que de mener une analyse de la stratégie française d’attractivité en matière de relations académiques et scientifiques internationales. À moyen terme, le projet vise à structurer une équipe scientifique sur l’histoire des circulations universitaires internationales.

L’avancée du projet et ses différentes manifestatons peuvent-être suivies sur le blog https://globalyouth.hypotheses.org/
Présentation du projet sur le site de l’ANR

Coordinateur : Guillaume Tronchet

2011-2019 | ARTLAS – Atlas électronique d’histoire de l’art | Labex TransferS et EUR Translitteræ

Ancien projet « Jeunes Chercheuses, Jeunes Chercheurs » de l’ANR (2011-2016), puis financé par le Labex TransferS, désormais financé par l’EUR Translitterae et par l’IHMC.

Coordinatrice : Béatrice Joyeux-Prunel (ENS-IHMC).

Depuis septembre 2019, Artl@s a rejoint, avec Béatrice Joyeux-Prunel, l’université de Genève dans le cadre des projets de la Chaire des Humanités numériques.

Site d’Artlas : https://artlas.huma-num.fr/

2015-2019 | La bibliothèque bénédictine de Saint-Amand en ligne, viiie-xviiis. | Equipex Biblissima

Lauréat 2015 de l’appel à projet de l’equipex Biblissima.

Etablissement porteur : Bibliothèque municipale de Valenciennes.

Partenaires : Centre Jean Mabillon (ENC) ; Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC-CNRS ; Frédéric Barbier) ; Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-CNRS) ; Faculté des arts et des sciences, Université de Montréal ; Laboratoire CALHISTE, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis.

Présentation du projet sur le site de Biblissima ou sur le site de l’IHMC

2014-2018 | Harmonia Universalis – Du mouvement mesmérien à l’internationale magnétiste– Pour une prosopographie de la Société de l’Harmonie Universelle (1783-1786) | LabEx Hastec

Responsable : Bruno Belhoste (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne-IHMC).

Présentation du projet sur le site d’Harmonia Universalis.

2014-2017 | Entre local et universel : atlas des dévotions en Europe (xvie-xviiie siècle) | LabEx Hastec et EFR

Coordinateur : Jean-Marie Le Gall (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne-IHMC).

Partenaires : Labex Hastec, École Française de Rome, Université Paris 1.

Présentation sur le site de l’EFR : https://www.efrome.it/la-recherche/programmes/detail-programme/entre-local-et-universel-atlas-des-devotions-en-europe-xvie-xviiie-siecle

2012-2018 | CONFIGMED - Mediterranean reconfigurations. Intercultural trade, commercial litigation, and legal pluralism | ERC Advanced Grant 2011

Programme de l’European Ressearch Council (ERC Advanced Grant), 2012-2018 (Advanced Grant n° 295868 ERC).

Coordinateur : Wolfgang Kaiser (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne-IHMC-CRH).

Carnet de recherche sur la plate-forme Hypothèses.

2013-2016 | ENPrESA - Entreprise, Négoce et Production en Europe (xive-xvie siècles). Les compagnies Salviati | ANR

Coordinateur : Mathieu Arnoux (Université Paris Diderot-ICT).

Partenaires : École française de Rome, CIHAM (UMR5648, Lyon), ICT Identités, Cultures, Territoires (EA 337, Université Paris Diderot), IHMC (UMR8066, Paris ; Jacques Bottin coord.). 

Présentation du projet sur le site l’ANR. — Carnet de recherche sur la plate-forme Hypothèses.

2013-2016 | SYSPOE - Systèmes policiers européens, 18e-19e siècle | ANR

Coordinateur : Vincent Denis (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne-IHMC). 

Partenaires : CRHQ (UMR 6583, Caen), IHMC (UMR 8066, Paris), IRHIS (UMR 8529, Lille 3), TELEMME (UMR 7303, Aix-Marseille). 

Présentation du projet sur le site de l’ANR. — « Probing police systems » : présentation du projet par vincent Denis, International Innovations, issue 169, p. 105-107.

Carnet de recherche sur la plate-forme Hypothèses.

Rapport de recherche sur HAL.

SYSPOE est une enquête comparative sur les systèmes policiers européens aux 18e et 19e siècles, définis comme des articulations de forces plus ou moins organisées entre tous ceux qui contribuent à la police ou à la préservation d’un ordre public. SYSPOE s’était donné comme objectifs de comprendre comment dans des situations socio-politiques comparables sont établies des formes d’organisation policière différentes et d’apporter un nouvel éclairage sur les sociétés européennes et coloniales à travers les formes de régulations sociales. SYSPOE a fait de la notion de système policier un instrument d’analyse, rendant possible la comparaison entre des formes de régulation sociale éloignées dans le temps ou dans l’espace, mais aussi l’étude des systèmes policiers contemporains. Le projet a fait émerger une nouvelle chronologie transnationale des polices, jetant les bases d’une histoire globale des polices de 1750 à 1950. Ce projet soutenu par l’ANR (programme Blanc 2012) a été coordonné par l’IHMC, en partenariat avec les UMR IRHIS, CRHQ et TELEMME, s’est achevé le 1er juillet 2016.

2012-2016 | TRANSNAT - La transculturalité des espaces nationaux | ANR

Programme franco-allemand ANR/DFG

Coordinateur : Christophe Charle (Université Paris1 Panthéon-Sorbonne-IHMC).

Partenaires : IHMC (UMR 8066, Paris), Philipps-Universität Marburg (Institut für Neuere deutsche Literatur), Universität des Saarlandes.

Présentation du projet sur le site de l’ANR.

2011-2014 | EUROSCIENTIA. Localisation et circulation des savoirs d’Etat en Europe, 1750-1850 | ANR et DFG

Programme franco-allemands ANR/DFG.

Coordinatrice en France : Christine Lebeau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne-IHMC).

Partenaires : IHMC, EA 3400 de l’université de Strasbourg, Universität Augsburg, Universität zu Köln.

Le projet EUROSCIENTIA vise à réunir autour d’un noyau franco-allemand une équipe de chercheurs spécialistes de différents savoirs. Il a pour objet l’étude de la constitution et de l’institutionnalisation des savoirs d’Etat dans des contextes institutionnels différents entre 1750 et 1850. On entend par « savoir d’État » des savoirs multiples conçus et reconfigurés pour et par les États et leurs agents. L’objectif est de mieux comprendre la transformation de la République des lettres en une organisation à la fois nationale mais aussi transnationale et internationale lire la suite sur le site d’Eursocientia

2009-2013 | PRO FUTUR. Savoirs et techniques d’anticipation, 18e-19e siècles | ANR

Financé par l’Agence nationale de la recherche (décembre 2009 à mai 2013), PRO FUTUR se proposait d’étudier l’émergence, dans l’Europe des 18e et 19e siècles, de savoirs et de techniques d’anticipation, c’est-à-dire de prévision et de maîtrise du futur. Il a donné lieu à plusieurs colloques, journées d’étude et séminaire.

Le projet était hébergé en partenariat par le Centre de recherches historiques (EHESS-CNRS, Paris) et par l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (ENS-CNRS, Paris).

Site de Pro Futur

2009-2012 | FRATERNITÉS. La fraternité comme catégorie de l’engagement politique en Italie et en Europe (1820-1930) | ANR

Financé par l’ANR, ce programme de recherche interrogeait la notion de fraternité comme une des catégories de l’engagement politique durant le siècle des nationalités jusqu’à la Grande Guerre. Il entendait faire l’histoire du concept de fraternité, comprendre comment la conception d’une nation composée de « frères » a pu constituer à la fois un topos et une figure susceptible de favoriser l’engagement politique au cours du xixe siècle et identifier les conditions sociales qui avaient favorisé cet engagement.

Coordonné par Catherine Brice (professeur à l’université de Paris-Créteil), il associait l’université de Paris-Créteil, l’Ecole française de Rome, le CRHIPA (Université de Grenoble II) et l’ENS (Gilles Pécout).

Publié le 13 septembre 2022, mis a jour le mercredi 14 décembre 2022

Version imprimable de cet article Version imprimable
Accueil du site IHMC
 
Institut d'histoire moderne
et contemporaine – UMR 8066
ENS, 45 rue d'Ulm, 75005 Paris
+33 (0)1 44 32 32 86
contact-ihmc@ens.fr
Facebook YouTube