↑

Accueil > Vie scientifique > Soutenances de thèses et HDR

Soutenance de thèse d’Anne-Sophie Rieth

Les traités d’équitation (France, xvie-xviiie siècle). Histoire de la mise en écrit de l’art équestre

Anne-Sophie Rieth (ED 113, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) a le plaisir de vous inviter à la soutenance de sa thèse intitulée « Les traités d’équitation (France, xvie-xviiie siècle). Histoire de la mise en écrit de l’art équestre », réalisée sous la direction d’Anne-Françoise Garçon.

La soutenance aura lieu le lundi 18 décembre 2023 à 9 h 30 au centre Sorbone, en salle J.-B. Duroselle (17 rue de la Sorbonne, Paris 5e).

Le jury est composé de :

  • Alessandro Arcangeli, professeur, Università di Verona
  • Éric Baratay, professeur, université Jean Moulin Lyon
  • Anne-Françoise Garçon, Professeure émérite, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Pierre Lamard, professeur émérite, université de Technologie Belfort-Montbéliard
  • Valérie Nègre, professeure, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Pierre Serna, professeur, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Hélène Vérin, chargée de recherches honoraire, CNRS

Résumé

Les grands principes et les modalités d’instruction de l’art équestre français à l’époque moderne s’expriment à la fois dans le sable des manèges et dans l’encre des traités d’équitation. Il n’est pas facile d’y distinguer la frontière entre le voir, l’oral et l’enseignement théorisé, organisé et normé qui passe par l’écrit. Entre réalité et idéal, art du projet et réalisation, les maîtres d’équitation recherchent, à partir de la fin du xvie siècle, la légèreté dans la mise en œuvre des mouvements et l’harmonie dans la relation qui unit le cavalier et le cheval, afin d’obtenir l’aisance naturelle que ce dernier a lorsqu’il est en liberté.

Ainsi, à partir d’un travail d’analyse original réalisé sur un corpus de vingt-deux traités parus entre 1593 et 1778, cette thèse considère les conditions socio-historiques qui ont été nécessaires à la naissance de l’académisme équestre français depuis l’Italie de la Renaissance, en interrogeant la façon dont l’utilisation raisonnée de la technique a permis de forger l’idéal absolu d’un art nouveau ; elle interroge les modalités et les enjeux de la mise en écrit de la pratique de l’équitation académique à partir de l’analyse de la légitimation de la pensée des auteurs des traités du corpus ; et discute la façon dont les dimension savante, politique et culturelle associées à l’art équestre ont structuré la société d’Ancien Régime.

Publié le 29 novembre 2023, mis a jour le jeudi 30 novembre 2023

Version imprimable de cet article Version imprimable
Accueil du site IHMC
 
Institut d'histoire moderne
et contemporaine – UMR 8066
ENS, 45 rue d'Ulm, 75005 Paris
+33 (0)1 44 32 32 86
contact-ihmc@ens.fr
Facebook X YouTube