↑

Accueil > Publications > Ouvrages et directions de numéros de revues > Publications 2022

Statuts, écritures et pratiques sociales dans les sociétés de l’Italie communale et du Midi de la France (xiie-xve siècle)

Couverture de l'ouvrage

Auteurs : Didier Lett (dir.), avec la collaboration d’Étienne Anheim, Pierre Chastang et Valérie Theis,
Éditeur : École française de Rome (Rome)
Date de parution : février 2022
Nombre de pages : 385
Accéder à la présentation sur le site de l’éditeur

Ce volume est l’aboutissement d’un itinéraire de recherche collective de plusieurs années regroupant des chercheurs français et italiens. Issu d’un programme de l’EFR intitulé « Statuts, écritures et pratiques sociales dans les sociétés de la Méditerranée occidentale (xiie-xve siècle) » (2012-2016), il rassemble les papiers de synthèse des cinq colloques qui ont été organisés dans la cadre de ce programme accompagnés d’une introduction et d’une conclusion.

Les « corpus statutaires » définis comme « tout type de texte qui se présente comme une forme écrite et stabilisée du droit local, édictée par une autorité publique » y sont étudiés de leur confection à leur usage social dans un souci comparatiste entre deux aires géographiques et traditions historiographiques distinctes : l’Italie communale et le Midi de la France. Après l’analyse de leur forme matérielle, du vocabulaire et des langues utilisées, l’ouvrage s’intéresse aux « acteurs » de la norme, à la rhétorique et à l’écriture puis replace la matière statutaire dans son paysage documentaire pour mesurer les circulations documentaires en analysant les points de contact entre les statuts et les autres documents produits par les autorités communales, par des institutions de la commune et par une autorité supérieure, avant d’étudier l’organisation interne des statuts, le plan adopté et les principaux thèmes abordés pour terminer sur l’usage des statuts dans les autres formes documentaires.

L’historiographie italienne a fait des statuts communaux des monuments. Nous avons tenté d’en refaire ce qu’ils étaient, c’est-à-dire des documents, objets matériels produits en contexte par des hommes de terrain pour vivre en commun et créer du lien social.


Didier Lett est professeur d’Histoire médiévale à l’Université de Paris et membre senior honoraire de l’Institut universitaire de France. Il a consacré quelques études à la documentation communale italienne, parmi lesquelles I registri della giustizia penale nell’Italia comunale dei secoli XII-XV, Didier Lett (a cura di), Rome, École Française de Rome (Collection de l’École Française de Rome- 580), 2020 et Un procès de canonisation au Moyen Âge. Essai d’histoire sociale. Nicolas de Tolentino, 1325, Paris, PUF, 2008.

Publié le 25 février 2022, mis a jour le mercredi 19 octobre 2022

Version imprimable de cet article Version imprimable
Accueil du site IHMC
 
Institut d'histoire moderne
et contemporaine – UMR 8066
ENS, 45 rue d'Ulm, 75005 Paris
+33 (0)1 44 32 32 86
contact-ihmc@ens.fr
Facebook YouTube