↑

Accueil > Le Laboratoire > Annuaire des membres > Membres statutaires > GUICHARD Charlotte

Charlotte Guichard

Directrice de recherche | CNRS

Professeure attachée | ENS–PSL

Présentation
Déplier/Replier
Publications
Déplier/Replier
Séminaires Enseignements
Déplier/Replier
Portrait du membre

ENS – PSL
IHMC, b. CD325 (esc. D)
45, rue d’Ulm, 75005 Paris
+33 (0)1 44 32 32 07

Page personnelle sur Academia.edu

Charlotte Guichard est directrice de recherche au CNRS et professeure attachée à l’Ecole normale supérieure. Elle est actuellement Directrice de l’Ecole doctorale Lettres, Arts, Sciences Humaines et Sociales de l’ENS/PSL (ED 540).

Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure de Fontenay Saint-Cloud (1994), elle est agrégée d’histoire et docteure en histoire de l’art de l’Université de Paris -1 Panthéon Sorbonne (2005). Elle a été pensionnaire à la Villa Médicis (Académie de France à Rome).

Charlotte Guichard est historienne de l’art, spécialiste de l’histoire des collections, du patrimoine et du marché de l’art à l’âge moderne. Elle travaille sur les cultures visuelles et matérielles (images, objets) du dix-huitième siècle dans une perspective transnationale et gobale. Dans un dialogue avec les sciences sociales, ses travaux interrogent la valeur de l’art dans sa dimension économique, culturelle et symbolique.

Bourses et Fellowships

  • Panofsky Professorship, Zentralinstitut für Kunstgeschichte, Münich (2021).
  • Tomas Harris Visiting Professor, University College London-UCL (2016).
  • Professeure invitée Fudan University, Shanghaï (2015).
  • Pensionnaire à l’Académie de France à Rome, Villa Médicis (2012-2013).
  • Blumenthal Visiting Fellow, Cornell University, Ithaca (2010).

 

Photo : Copyright Emmanuelle Marchadour.

Publié le 19 juillet 2013, mis a jour le vendredi 18 novembre 2022

↑

Ouvrages

Ouvrage à paraîtreColonial Watteau. Empire, Commerce and Galanterie in Regency France, Berlin et Munich, Deutscher Kunstverlag (à paraître en novembre 2022).

Couverture de « La Griffe du peintre – La valeur de l’art (1730-1820) »La Griffe du peintre. La valeur de l’art (1730-1820), Seuil, 2018 (coll. L’Univers Historique Illustré).
Prix Arnold et Vitale Blokh/Fondation de France 2019.

Graffitis. Inscrire son nom à Rome (XVIe-XIXe siècles), Paris, Seuil, 2014 (coll. L’Univers Historique).
Prix Olga Fradiss/Fobdation de France 2015.

Les amateurs d’art à Paris au XVIIIIe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2008.

↑

Directions d’ouvrages et de numéros de revues

Couverture de l'ouvrageAvec Stéphane van Damme, Les Antiquités dépaysées – Histoire globale de la culture antiquaire au siècle des Lumières, Liverpool, Voltaire Foundation et Liverpool University Press, mars 2022, 312 pages.

Couverture de « Acquiring Cultures – Histories of World Art on Western Markets »Avec Christine Howald et Bénédicte Savoy (dir.), Acquiring Cultures – Histories of World Art on Western Markets, Berlin, Éditions De Gruyter, décembre 2018, 316 pages.

Charlotte Guichard, De l'authenticité, couverture de l'ouvrage(sous la direction de), De l’authenticité. Une histoire des valeurs de l’art (XVIe-XXe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2014.
Avec les contributions de Carlo Corsato, Jean-Louis Fabiani, Charlotte Guichard, Eric Lefebvre, Olga Medvedkova, Maureen Murphy, Kristel Smentek, Anna Tummers.

« Les Formes de l’expertise artistique en Europe, XIVe-XVIIIe siècles », Revue de Synthèse, 2011, 132-1.
Contributions d’Etienne Anheim, Noémie Etienne, Bénédicte Gady, Charlotte Guichard, Joachim Rees.

↑

Articles dans des revues à comité de lecture

Avec Anne Solenn Le Hô et Hannah Williams, « Prussian Blue : Chemistry, Commerce and Color in 18th Century Paris », Art History (sous presse).

« La mémoire autrement ? Ernest Pignon-Ernest et les fantômes de l’histoire », Esprit, mai 2021, 474, p. 149-157.

Avec Etienne Anheim, « Les marchés artistiques, XIVe-XVIIIe siècles », Revue de l’art, 2019/4, 206, p. 11-18.

« Palettes et pinceaux : des laboratoires de la couleur ? », Dix-huitième siècle, 51, 2019, p. 187-204.

« La griffe de Chardin », Revue de l’art, 2018-2, 200, p. 55-67.

« Signatures, Authorship, and Autographie in Eighteenth-century French Painting », Art History, 2017, Online Early : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/1467-8365.12328

« Image, art, artefact. L’histoire de l’art à l’épreuve de l’objet au XVIIIe siècle », Perspective. Actualité en histoire de l’art, 1/2015, p. 63-80.

Avec Pascal Dupuy, Pascal Griener, Guillaume Mazeau et Richard Taws, « Cultures visuelles et révolutions : enjeux et nouvelles problématiques », Annales historiques de la Révolution française, 372, 2013, p. 143-160.

« La coquille au XVIIIe siècle : un objet frontière ? », Techniques & culture, Itinéraires de coquillages, 2012-2, 59, p. 150-163.

« Taste communities. The Rise of the Amateur in Eighteenth-Century Paris », Eighteenth-Century Studies, vol. 45, no. 4 (été 2012), p. 519-547.

« Fragonard et les jeux de la signature au XVIIIe siècle », Revue de l’art, 177, 2012, p. 65-73.

Avec Leora Auslander, Colin Jones, Giorgio Riello et Daniel Roche, « Les Révolutions à l’épreuve du marché », Annales Historiques de la Révolution française, 370, 2012, p. 165-190.

« Le marché au cœur de l’invention muséale ? Jean-Baptiste-Pierre Lebrun et le Louvre (1792-1802) », Revue de synthèse, 2011, 132-1, p. 93-118.

« Les Formes de l’expertise artistique en Europe », introduction générale, Revue de Synthèse,2011, 132-1, p. 1-13.

« Les savoirs à l’épreuve. Autour de l’expertise. Conclusions de la journée d’études doctorales », Hypothèses. Travaux de l’École doctorale de Paris 1, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 155-161.

« Du ‘nouveau connoisseurship’ à l’histoire de l’art. Original et autographie en peinture », Annales. Histoire, Sciences sociales, 6-2010, p. 1387-1402.

Avec F. Elsig, P. Parshall, P. Sénéchal, « De la pertinence du connoisseurship face aux nouvelles méthodes », Perspective. La Revue de l’INHA, 2009-3, p. 344-356.

« La signature dans le tableau aux XVIIe et XVIIIe siècles : identité, réputation et marché de l’art », Sociétés et représentations, mai-juin 2008, n°25, n° spécial « Ce que signer veut dire », p. 49-79.

« Les ‘livres à dessiner’ à l’usage des amateurs à Paris au XVIIIe siècle », Revue de l’Art, 143, 2004-1, p. 49-58.

« Valeur et réputation de la collection. Les éloges d’ « amateur » à Paris dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Hypothèses. Travaux de l’École doctorale de Paris 1, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 33-43.

« Arts libéraux et arts libres à Paris au XVIIIe siècle : peintres et sculpteurs entre corporation et Académie royale », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 49-3, juil-sept 2002, p. 54-68.

↑

Chapitres dans des ouvrages de recherche

Préface de Camilla Pietrabissa, Disegni di natura urbana. L’immagine dei dintorni di Parigi all’inizio del Settecento, Fondazione 1563 per l’Arte e la Cultura della Compagnia di San Paolo, 2021.

« Des mémoires de la restauration à l’historicité des objets patrimoniaux », conclusions des Journées d’études du C2RMF Les Mémoires de la Restauration, 2020 : https://merovingio.c2rmf.cnrs.fr/c2rmf/restauration/JDN2018.pdf

Préface de Armando Petrucci, Pouvoir de l’écriture, pouvoir sur l’écriture dans la Renaissance italienne, Paris, Éditions de la Sorbonne, Collection « Tirés à part », 2019.

« Qu’est-ce qu’un nom ? Signature, valeur et notoriété dans l’espace artistique des Lumières », Ni vu ni connu. La notoriété des artistes au défi de l’économie numérique, Paris, Ministère de la Culture/Palais de Tokyo, 2018, p. 22-28.

« What changed in the 1730s ? », Collecting Enlightenment. Carl Gustaf Tessin and the Making of National Collections, Kurt Almqvist et Lousie Belfrage (éd.), Stockholm, Axel and Margaret Axson Johnson Fondation, 2018, p. 23-41.

« D’après nature ou ‘chose vue’ ? » Autorité et vérité de l’image scientifique au 18e siècle », À perte de vue. Les nouveaux paradigmes du visuel, D. Dubuisson et S. Raux (éd.), Dijon, Les Presses du Réel, 2015, p. 35-51.

« Qu’est-ce qu’une œuvre originale ? » et « La main et le geste. Autographie et signature au 18e siècle », De l’authenticité. Une histoire des valeurs de l’art (XVIe-XXe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, p. 11-21 et 63-79.

« Small Worlds. The Economy of Auctions in the Late Eighteenth-Century Parisian Art Market », Moving Pictures. The European Trade in Visual Imagery 1400-1800, N. De Marchi, S. Raux (dir.), Turnhout, Brepols, 2014, p. 236-256 et 298-308.

« L’art façonne-t-il un public ? Les souscriptions en France à la fin du XVIIIe siècle », Faire art comme on fait société. Les nouveaux commanditaires, D. Debaise, X. Douroux, C. Joschke, A. Pontégnie, K. Solhdju (éd.), Paris /Dijon, Fondation de France/Presses du Réel, 2013, p. 477-489.

« L’amateur dans la polémique sur la critique d’art au XVIIIe siècle », Penser l’art dans la seconde moitié du 18e siècle : théorie, critique, philosophie, histoire, C. Michel et C. Magnusson (éd.), Rome, Académie de France à Rome-Villa Médicis, 2013, p. 113-126.

« Connoisseurship. Art and antiquities », The Saint-Aubin Livre de caricatures : Drawing Satire in eighteenth-century Paris, Colin Jones, Juliet Carey et Emily Richardson (dir.), Oxford, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 2012, p. 283-300.

« Le Cours de Cinquante heures de Stendhal : Du manuel d’amateur aux Happy Few », Stendhal, historien de l’art, D. Gallo (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, p. 59-70.

« De la collection à l’amateur : Consommations culturelles et amour de l’art à Paris au XVIIIe siècle », V. Milliot, P. Minard, M. Porret (éd.), La Grande chevauchée. Faire de l’histoire avec Daniel Roche, Genève, Droz, 2011, p. 373-395.

« Pratiques d’amateurs. Du goût auconnoisseurship, la grandeur de Rembrandt au XVIIIe siècle », L’Amateur. Juger, participer et consommer, O. Assouly (dir.), Paris, IFM/Editions du Regard, 2010, p. 17-30.

« From Social Event to Urban Spectacle : Auctions in Late Eighteenth-Century Paris », Fashioning Old and New. Changing Consumer Patterns in Western Europe (1650-1900), B. Blondé, N. Coquery, J. Stobart (dir.), Turnhout, Brepols, 2009, p. 203-216.

Avec Bénédicte Savoy, « Le Pouvoir des musées ? Patrimoine artistique et naissance des capitales européennes (1720-1850) », Le Temps des capitales culturelles, XVIIIe-XXe siècles, C. Charle (dir.). Seyssel, Champ Vallon, 2009, p. 103-135.

« Gravures de société et identité d’amateur à Paris au XVIIIe siècle », La gravure : quelles problématiques pour les temps modernes ? I. Michel et P. Wachenheim (dir.), Paris-Bordeaux, 2009, William Blake & Co (Annales du Centre Ledoux, VII), p. 133-143.

« Les écritures ordinaires de Claude-Joseph Vernet : commandes et sociabilité d’un peintre au XVIIIe siècle », Actes du colloque Les Écrits du for privé : objets matériels, objets édités, Jean-Pierre Bardet, Michel Cassan, et François-Joseph Ruggiu (dir.), Limoges, P.U. de Limoges, 2007, p. 231-244.

« Connoisseurship and Artistic Expertise. London and Paris, 1600-1800 », Fields of Expertise : Experts, Knowledge and Powers in Europe since 1600, C. Rabier (dir.), Cambridge Scholars Publishing, 2007, p. 173-191.

« La réglementation controversée du travail au sein de la corporation des peintres et sculpteurs à Paris au XVIIIe siècle », Le travail avant la révolution industrielle, M. Hamon (dir.), Paris, Editions du CTHS, 2006, p. 81-90.

« Hors l’Académie, les amateurs et les expositions artistiques publiques à Paris : le Musée de Pahin de la Blancherie (1777-1788) », La ville et l’esprit de société, K. Béguin et O. Dautresme, Tours, P.U de Tours, 2004, p. 55-72.

↑

Catalogues d’exposition

« Drawing the World in the Eighteenth Century : Describing, Exploring, Conquering », Promenades on Paper : Eighteenth-Century French Drawings from the Bibliothèque nationale de France, Ester Bell, Sarah Grandin, Corinne Le Bitouzé, Anne Leonard (dir.), catalogue d’exposition BNF/Clark Art Institute, 2023 (à paraître).

Entrée « Tableau » dans catalogue d’exposition Les Choses (une histoire de la nature morte), Laurence Bertrand Dorléac (dir.), musée du Louvre, RMN, 2022.

« Artistes ou vandales ? Comment le graffiti témoigne de l’art », Sur les murs. Histoire(s) de graffitis, Laure Pressac (dir.), Paris, Editions du Patrimoine, 2018.

« ‘Amatrice’. Die Rolle der Amateurin im Europa der Aufklärung », Aufgeklärter Kunstdikurs und höfische Sammelpraxis. Karoline Luise von Baden im europaïschen Kontext,cat. exp. Die Meister-Sammlerin, Christoph Frank et Wolfgang Zimmermann (dir.), Staatliche Kunsthalle Karlsruhe, 30 mai-6 septembre 2015, Berlin, Deutscher Verlag, p. 80-90.

« Les Tableaux de Paris de Pierre-Antoine De Machy », cat. exp. Demachy : le Témoin méconnu, 14 février-18 mai 2014, Musée Lambinet de Versailles, Paris, Magellan, 2013, p. 42-49.

« Amateurs and the Culture of Etching », cat. exp. Artists and Amateurs : Etching in Eighteenth-Century France, Perrin Stein (éd.), The Metropolitan Museum of Art, New York, 1er octobre 2013- 6 janvier 2014, New Haven, Yale University Press, 2013, p. 137-157.

Articles « Amateur », « Parterre » et « Vernis » dans 1740. Un Abrégé du monde. Savoirs et collections autour de Dezallier d’Argenville, A. Lafont (dir.), Lyon, Fage Éditions, 2012, p. 39-50 ; 179-187 ; 248-256.

« Nouveaux publics, nouveaux usages du dessin gravé : Les Principes de dessin destinés aux artisans et aux amateurs », cat. exp. Quand la gravure fait illusion. Autour de Watteau et de Boucher, le dessin gravé au XVIIIe siècle, S. Raux (dir.), Valenciennes, Musée des Beaux- Arts, novembre 2006-février 2007, p. 92-103.

↑

Articles de synthèse

« Coquillage », Le Magasin du Monde. La mondalisation par les objets du XVIIIe siècle à nos jours, Pierre Singaravelou et Sylvain Venayre (dir.), Paris, Fayard, 2020.

« Images fixes », e-manuel du supérieur Initiation aux Etudes Historiques sous la direction de R.-M. Bérard, B. Girault et C. Rideau-Kikuchi, publication numérique, automne 2020.

« Marché de l’art » et « Collections », L’Europe. Encyclopédie historique, C. Charle et D. Roche (dir.), Paris, Actes Sud, 2018.

« Académies, genres, salons », Aux confins des arts et de la culture. Approches thématiques et transversales, P. Poirrier et B. Tillier (dir.), Rennes, P.U. Rennes, 2016, p. 51-65.

« Les circulations artistiques en Europe »,Les Circulations internationales en Europe 1680-1780, Pierre-Yves Beaurepaire (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 383-398.

↑

Comptes rendus

Anne Lafont, L’art et la race : l’Africain (tout) contre l’œil des Lumières, Dijon, Les Presses du réel, 2019 dans H-France, juillet 2022 : : https://h-france.net/wp-content/uploads/2022/07/Lafont4.pdf

Ewa Lajer-Burcharth, The Painter’s Touch. Boucher, Chardin, Fragonard, Princeton University Press, 2018, dans Journal18, juillet 2018 : http://www.journal18.org/nq/the-painters-touch-une-lecture-par-charlotte-guichard/

Séverine Sofio, Artistes femmes. La parenthèse enchantée, XVIIIe-XIXe siècles, Paris, CNRS Editions, 2016, dans Annales, H.S.S., 2017/3.

Caroline van Eck, Art, Agency and Living Presence. From the Animated Image to the Excessive Object, Chicago U.P., 2015, dans Perspective. Actualité en histoire de l’art, 2017.

Kristel Smentek,Mariette and the Science of the Connoisseur in Eighteenth-Century Europe, Ashgate, 2014, dansFrench Studies, 2016.

« Le sacre de Poussin » sur l’ouvrage de Bernard Lahire pour La vie des idées, 4 mai 2015 : http://www.laviedesidees.fr/Le-sacre-de-Poussin.html

Noémie Etienne, La restauration des peintures à Paris (1750-1815). Pratiques et discours sur la matérialité des œuvres d’art, Rennes, PUR, 2012 et La restauration des peintures et des sculptures. Connaissance et reconnaissance de l’œuvre,  Kairis, Sarrazin et Trémolières (dir.), Paris, Armand Colin, 2012 dans Annales. H.SS., 2013/3.

Alexander Rosenbaum, Der Amateur als Künstler. Studien zur Geschichte und Funktion des Dilettantismus in 18. Jahrhundert, Berlin, Gerb. Mann Verlag, 2010 dans Revue de l’art, n°176/2012-2.

La Peinture de genre au temps du cardinal Fesch, actes du colloque d’Ajaccio, 15 juin 2007, Philippe Costamagna et Olivier Bonfait (dir.), Musée Fesch/Ajaccio, Editions Gourcuff Gradenigo/ Paris, 2008 dans RHMC, n°57-2, 2010/2.

La Circulation des œuvres d’art, 1789-1848, Roberta Panzanelli et Monica Preti-Hamard (dir.), Paris/INHA, Rennes/Presses Universitaires de Rennes, 2007 dans RHMC, n°57-2, 2010/2.

Christophe Loir, L’Émergence des beaux-arts en Belgique. Institutions, artistes, public et patrimoine (1773-1835), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2004 dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, n°55-2, 2008/2.

Olga Medvedkova, Jean-Baptiste Alexandre Le Blond architecte, 1679-1719. De Paris à Saint-Pétersbourg, Paris, Alain Baudry et Cie, 2007 dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, nov-déc. 2008, n°6.

Joachim Rees, Die Kultur des Amateurs. Studien zu Leben une Werk von Anne Claude Philippe de Thubières, Comte de Caylus (1692-1765), Weimar, VDG, 2006 dans Annales. HSS., nov-déc. 2008, n°6.

Publié le 18 mars 2015, mis a jour le lundi 5 décembre 2022

2022-2023 : Les artistes face au marché

Séminaire de recherche animé par Sophie Cras (université Paris 1) et Charlotte Guichard.
Vendredi 9h30-12h30. S2. Séances : 20 janvier, 3, 10 et 17 février, 17 et 24 mars, 7 et 21 avril 2023.

Pourquoi le marché de l’art fascine-t-il autant les médias et le grand public ? Euphoriques ou exaspérées, les passions excitées par les prix atteints en vente publique ne s’émoussent pas. C’est que les millions échangés contre des œuvres ne suffisent pas à chasser l’idée que l’art devrait échapper à l’économie ordinaire de la marchandise. Pour certains, la figure de l’artiste désintéressé, vivant pour son art mais « récupéré » par le système marchand, demeure une représentation vivace ; pour d’autres, l’artiste est au contraire devenu un génie stratège, mû par l’appât du gain, prompt à tirer profit de la crédulité et du snobisme de riches amateurs.
Repoussant ces caricatures, ce séminaire de recherche restituera l’épaisseur historique des marchés de l’art et la place active de l’artiste en leur sein. Dans un dialogue entre histoire de l’art et sciences sociales, les séances seront organisées autour de la lecture d’articles, l’analyse d’œuvres et d’archives (contrats, correspondances, textes théoriques). Dissipant l’illusion du contemporain, il montrera que des notions telles que le prix, la spéculation, la ‘cote’ et la réputation s’ancrent dans une histoire séculaire, qui remonte au moins au XVe siècle, et dont les artistes furent aussi des acteurs : jamais indifférents à leurs conditions d’existence et de travail, ils se saisirent de cette matérialité comme d’une contrainte créative.
Programme et informations complémentaires sur le site du département d’histoire de l’ENS-PSL.

2022-2023 : Cultures visuelles des Lumières. Regards sur l’actualité au dix-huitième siècle

Séminaire d’initiation animé par Charlotte Guichard.
Mercredi 9h30-12h30. S2. Séances : 18 et 25 janvier, 8 et 15 février, 15 et 29 mars, 5 et 12 avril 2023.

Comment l’actualité était-elle mise en image au dix-huitième siècle ? Dans quelle mesure les Lumières peuvent-elles être prises comme un laboratoire de la modernité visuelle ? Quel statut peuvent avoir ces images, aujourd’hui, pour l’historien ? Ce cours entend réfléchir à la puissance des images, dans un monde où celles-ci participent à la fabrique visuelle de l’actualité, suscitant de nouvelles formes d’appropriation et de réaction dans l’espace public. La modernité critique des Lumières est en effet indissociable de productions visuelles nouvelles qui vont changer la manière de voir le monde.
Destiné aux historiens et aux historiens de l’art, ce cours prendra la forme d’un atelier autour d’études de cas et de dossiers d’images : on étudiera l’irruption du présent dans le temps de l’image (bulle spéculative de Law, guerre d’Indépendance américaine), les refontes d’un espace public des images (les statues royales, les émotions publiques contre l’espace de la représentation), l’actualité coloniale et impériale. Dans une approche interdisciplinaire, on réfléchira à la circulation et à l’appropriation des images, mais aussi à la censure voire à la destruction qui pouvaient s’exercer sur elles. Aucune connaissance préalable n’est nécessaire, si ce n’est un solide intérêt pour les images et leur histoire.
Programme et informations complémentaires sur le site du département d’histoire de l’ENS-PSL.

2019-2021 : L’objet artistique. Matières, contextes, regards

Séminaire de recherche animé par Étienne Anheim (EHESS) et Charlotte Guichard.

Qu’est-ce qu’un « objet artistique » ? Cette question rappelle la longue tradition de la pensée philosophique depuis le XVIIIe siècle, ainsi que les réflexions menées dans le domaine anthropologique, autour de l’agency des objets (Alfred Gell), ou sociologique, avec la notion d’artification (Nathalie Heinich et Roberta Schapiro). La notion d’objet d’art correspond aussi à une catégorie classique de la muséologie. Ce séminaire a le projet de confronter ces traditions et ces démarches à une analyse à la fois historique, matérielle et visuelle. On voudrait ainsi réfléchir à la manière dont, au cours de la production des artefacts, la rencontre des savoir-faire et de la matière circonscrit – ou pas – le domaine de l’objet artistique, selon les époques, les techniques ou la nature des matériaux. Mais il s’agira également de s’interroger sur la manière dont les objets sont transformés, remodelés, exposés, pour devenir, au cours de leur vie sociale, des « objets artistiques ». Cette interrogation sur la trajectoire des objets relèvera ainsi tant de la temporalité que de la spatialité (l’objet « artistique » est-il un concept purement européen, peut-il être globalisé et à quelles conditions ?). Nous ferons alterner présentations de travaux en cours et séances méthodologiques et historiographiques liées à des lectures.
Programme 2019-2020
hProgramme 2020-2021

2016-2019 : Dans l’atelier. Matières, formes et savoirs du travail artistique (XIIIe-XIXe siècles)

Séminaire de recherche animé par Étienne Anheim (EHESS) et Charlotte Guichard.

L’atelier est le lieu par excellence du travail artistique entre le XIIIe et le XIXe siècle. Il est à la fois un espace matériel, une unité de vie et un creuset des formes. Pourtant, il reste souvent un monde en soi aux yeux de la tradition historiographique, c’est-à-dire une unité close sur elle-même, qui recèle le secret du travail artistique en même temps qu’il le dissimule. Ce séminaire propose d’ouvrir l’atelier, pour en décrire le fonctionnement et les transformations dans la longue durée. Comment comprendre l’omniprésence des pratiques collectives dans l’atelier au moment même où se singularisent la figure de l’artiste et la valeur de l’art ? Comment articuler savoirs des formes, expérimentations techniques et artistiques dans l’atelier ?
En confrontant l’histoire de l’art aux autres sciences sociales et à l’expertise des sciences de la conservation et de la restauration, on interrogera les formes du travail collectif, la construction de la valeur, l’élaboration et la transmission de savoirs et de savoir-faire dans les pratiques artistiques. L’atelier sera ainsi le terrain d’expérimentation pour une archéologie matérielle, visuelle et intellectuelle de l’art. Le séminaire proposera des études de cas, menées à partir de travaux en cours, qui seront mises en perspective tout au long d’une enquête historiographique sur la notion d’atelier et les conditions de l’innovation, entre arts et savoirs, dans l’Europe médiévale et moderne.
Programme 2016-2017
Programme 2017-2018
Programme 2018-2019

2016-2017 : Histoires transnationales de l’objet. Circulations et métissages, XVIe-XIXe siècles

Séminaire ouvert aux étudiants du Master d’histoire transnationale (ENS/ENC).

Trophées, Kunstkammer, chinoiseries et « occidenteries », textiles globalisés, antiquités dépaysées, confiscations révolutionnaires et impériales : l’élargissement du monde connu, l’appétit de connaissance et de domination, le développement des relations commerciales dans un espace de plus en plus mondialisé ont été façonnés par la présence et le désir d’objets manufacturés. Ces circulations matérielles révèlent des économies, mais aussi des savoirs, des identités et des valeurs patrimoniales.
De la Renaissance à l’âge des Empires, dans une perspective qui privilégie la longue durée et les « biographies d’objet », ce cours sera consacré aux circulations et collections d’artefacts, ainsi qu’aux transferts de savoir que les objets — dans leur matérialité — rendent possible. Organisé autour de thèmes exploratoires et de lectures historiographiques, le cours privilégiera une approche pluridisciplinaire associant histoire, histoire de l’art et du patrimoine, et anthropologie.

Brochure du master d’histoire transnationale et programme du séminaire (.pdf)

2014-2016 : Cultures visuelles des Lumières"

Séminaire de recherche animé par Anne Lafont (INHA) et Charlotte Guichard.

L’histoire de l’art est une discipline aux frontières. Par-delà les traditionnelles hiérarchies entre high art et low art, ce séminaire, à vocation pluridisciplinaire, entend rendre compte aussi bien des chefs-d’œuvre consacrés que des images scientifiques ou techniques, des graffitis et des cultures visuelles politiques dans un long dix-huitième siècle. La modernité critique des Lumières est en effet indissociable de cette production d’images et d’artefacts qui définit une manière nouvelle de voir le monde. Comment la naissance conjointe de l’histoire de l’art, de l’histoire naturelle, de l’anthropologie et de l’esthétique peut-elle nous aider à ressaisir le projet des Lumières ? Pour sa deuxième année, le séminaire entend explorer ce champ en pleine reconfiguration. Nous interrogerons notamment les frontières entre art, design, et science à travers l’image ; les identités liées aux catégories de genre et de race ; l’histoire du regard et de la subjectivité ; les liens entre art et culture politique.
Programme 2014-1015
Programme 2015-2016

Publié le 11 février 2016, mis a jour le vendredi 30 septembre 2022

Version imprimable de cet article Version imprimable
Accueil du site IHMC
 
Institut d'histoire moderne
et contemporaine – UMR 8066
ENS, 45 rue d'Ulm, 75005 Paris
+33 (0)1 44 32 32 86
contact-ihmc@ens.fr
Facebook YouTube